3 Questions à : M. Hamadoun Touré, Secrétaire Général de l’UIT : « Les TICs sont une des solutions pour la crise actuelle »





En marge des évènements parallèles de l’ICT4ALL, le Quotidien a rencontré le nouveau premier responsable de l’Union Internationale des Télécommunications, M. Hamadoun Touré, qui nous a parlé de la réalisation des objectifs du SMSI et aussi de l’impact de la crise financière sur le secteur des nouvelles technologies.

Comment évaluez-vous la réalisation des objectifs fixés par le Sommet Mondial sur la Société de l’Information organisé à Tunis en novembre 2005?
Je crois que l’objectif de ce sommet a été atteint, déjà au moment même de son organisation, puisqu’il a réussi à mobiliser la communauté internationale des nouvelles technologies et les spécialistes du secteur afin de vulgariser l’accès à ces technologies dans le monde entier.
Le sommet de Tunis est parvenu, aussi, à donner une valeur ajoutée au secteur des nouvelles technologies qui demeure aujourd’hui un des principaux secteurs contribuant au développement économique à l’échelle internationale.
Je pense donc qu’on a réussi à faire du développement du secteur des nouvelles technologies une des priorités pour plusieurs pays, notamment ceux en voie de développement. Ainsi, on ne peut qu’être satisfait de la concrétisation des objectifs de ce sommet à l’échelle mondiale.

Oui, mais le Plan d’actions dudit sommet s’est fixé comme principal objectif de renforcer la diffusion de la culture numérique, en particulier dans les pays du tiers monde. Trois ans après le sommet, peut-on dire que cet objectif a été atteint, du moins en Afrique ? 
Comme je viens de vous le dire, le sommet a réussi à faire des nouvelles technologies une des composantes essentielles dans la stratégie économique dans plusieurs pays, notamment en Afrique.   
Pour votre information, pas moins de 35 milliards de dollars ont été investis dans différents pays africains, depuis le sommet de Tunis jusqu’aujourd’hui, afin de développer l’infrastructure numérique et la vulgarisation de la culture numérique dans ces pays. Mieux encore, on a même des promesses d’importantes enveloppes d’investissements dans ce secteur pour plusieurs autres pays de la région.
Certes, il y a encore beaucoup d’efforts à faire, mais je crois que trois ans après ce sommet on a réussi quand même à améliorer la diffusion de la culture numérique dans bon nombre de pays en voie de développement.

Quel serait l’impact de la crise financière sur la croissance du secteur des nouvelles technologies dans le monde?
Je crois que cela n’aura pas un impact énorme sur ce secteur. C’est vrai qu’en ces moments de crise, les investisseurs deviennent de plus en plus prudents pour le lancement de nouveaux projets, mais je pense que le secteur des TIC présente un potentiel de développement réel aux cours des prochaines années.
J’estime que ce secteur pourrait être une des solutions pour la crise actuelle et pourrait même en faire sortir le monde, compte tenu des opportunités qu’il offre pour le développement des différents autres secteurs.


Propos recueillis par M.Z.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com