Selon une nouvelle enquête du CJD: Les JD peu satisfaits du climat des affaires en Tunisie





Le climat des affaires en Tunisie reste peu satisfaisant selon les jeunes dirigeants tunisiens, qui recommandent davantage d’amélioration pour les aider à se développer et à renforcer la dynamique économique du pays.


Tunis-Le Quotidien
Les assemblées générales  du Centre des Jeunes Dirigeants (CJD), relevant de l’UTICA, organisées hier à Tunis, ont été marquées par la présentation des résultats de la nouvelle enquête sur «la qualité de l’environnement des affaires en Tunisie vue par le Jeune Dirigeant», réalisée récemment par le centre.
L’enquête a été réalisée, en effet, sur un échantillon de 315 jeunes dirigeants de 11 gouvernorats. Il s’agit de dirigeants d’entreprises employant en moyenne 17 personnes, ayant un capital de près de 142 mille dinars et dont l’âge moyen est de 7,8 ans.
Cette enquête avait pour objectif de réaliser une analyse détaillée de la Tunisie «profonde», réaliser un benchmarking des régions et des acteurs de l’administration, donner une parole responsable et informée aux dirigeants et aux régions, ainsi que de proposer un instrument pour la gouvernance et le marketing territoriaux.
Ainsi, les jeunes dirigeants participants à cette étude ont répondu à trois types de questions portant essentiellement sur l’état de l’environnement des affaires en Tunisie et dans les régions, les acteurs les plus performants, et les comportements qui posent le plus de problèmes.
Selon M. Karim Ben Kahla, universitaire chargé de la réalisation de ladite enquête, les jeunes dirigeants tunisiens ont manifesté leur non-satisfaction du climat des affaires en Tunisie et en particulier des prestations administratives, même si cette attitude varie d’une région à l’autre.
M. Ben Kahla nous a expliqué que l’enquête a permis de détecter certains problèmes qui freinent, selon les jeunes dirigeants, le développement du climat des affaires en Tunisie. Il a cité, parmi ces problèmes, l’absence de transparence et le manque d’éthique au sein de certaines administrations, la simplicité et l’applicabilité des règlements, ainsi que le manque de culture d’entreprise chez les agents de certaines administrations.
Et notre interlocuteur d’ajouter que l’enquête a permis, également, de détecter certains points positifs, notamment concernant les avantages accordés aux entreprises, notant que même pour ce point la satisfaction des jeunes dirigeants a été variable.
Les réalisateurs de cette enquête ont proposé son prolongement pour élaborer des rapports régionaux sur la qualité de l’environnement des affaires, et l’étendre à d’autres gouvernorats et à d’autres acteurs pour améliorer la représentativité de l’échantillon et l’envergure de la recherche ;
Ils ont, également, proposé de prendre en compte, dans ce prolongement, le point de vue de l’administration aussi bien centrale que régionale, d’analyser les contraintes propres à chaque type d’acteurs, d’avoir un recours à des données objectives, et aussi de porter un regard critique sur la qualité de la gestion des jeunes dirigeants.


Mohamed ZGHAL   




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com