Environnement : Une solution «écolo» pour les pneus usagés





L’engouement que manifestent beaucoup de Tunisiens pour les voitures « 4 chevaux » doit continuer à s’affirmer au cours des années à venir. Cette tendance que ni la flambée des prix du carburant ni les dérives des changes (euros/dollars) n’ont pu freiner, est en passe de poser de nouveaux problèmes environnementaux. Il s’agit, entre autres, de trouver une solution écolo à des centaines de milliers de tonnes de pneus usés.

Tunis-Le Quotidien
Premier consommateur des produits pétroliers et deuxième émetteur de gaz à effet de serre, notre parc de voitures continuera de croître. Boom des fameuses 4CV aidant, le parc, dont le nombre frôle les 2 millions d’unités, est aujourd’hui l’une des principales sources de nuisance sanitaire et environnementale. A côté des incalculables quantités de CO2 émises dans l’atmosphère, les véhicules, toutes cylindrées confondues, abandonnent des centaines de milliers de tonnes de pneus vétustes dans la nature. Souvent relégués anarchiquement dans des décharges sauvages, ces déchets pneumatiques, dont la biodégradation est très lente, finissent au bout de quelques années par causer de sérieux problèmes sanitaires et environnementaux.
Pour faire face à ce problème environnemental particulier, un programme de gestion durable des pneus usagés a été élaboré et mis en œuvre sous l’égide de l’Agence nationale de gestion des déchets (ANGED). L’action consiste à envisager une filière de valorisation de ces déchets et leur exploitation comme source de revenus.
Depuis 2005, l’ANGED a réalisé une étude technico-économique sur la mise en œuvre d’un système de gestion des pneumatiques usagés. D’après cette étude, la quantité de pneus vendus chaque année sur le marché local est estimée à près de 20.000 tonnes. Pour ce qui est des déchets pneumatiques, ils sont estimés à 25.000 tonnes par an. La même étude estime que cette quantité atteindra, en 2025, environ 2,5 millions d’unités. Le système de collecte et de recyclage des déchets pneumatiques doit être capable, en 2009, d’en absorber jusqu’à 70%. La valorisation des pneus usagés se fait selon trois techniques. La première consiste à les broyer pour obtenir des granulés utilisables comme matière d’isolation acoustique et dans la réalisation des parquets des salles de sport. L’autre usage consiste à exploiter la valeur énergétique très élevée des déchets pneumatiques (de 7000 à 9000 kcal, 3 tonnes de pneus équivalant à 2 tonnes de fuel) dans la production de carburant alternatif. La troisième technique, quant à elle, est la réparation des pneus, soit le « rechapage ». Aujourd’hui 12% des pneus de poids lourds sont remis en état grâce à cette technique. Les 5 sociétés qui opèrent aujourd’hui dans le recyclage des pneus usagés exploitent annuellement plus de 17 tonnes.


H.GHEDIRI




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com