Condamnation mondiale et appels à l’arrêt de «l’enfer»





Les condamnations et les appels au calme ont fusé d’un peu partout dans le monde après les raids meurtriers d’Israël à Gaza. En voici les principaux


Le Quotidien - Agences
Hosni Moubarak, président égyptien : "L'Egypte condamne les agressions militaires israéliennes sur la bande de Gaza et fait porter la responsabilité à Israël, en tant que force d'occupation, des morts et des blessés". Il donne des instructions pour ouvrir le terminal de Rafah pour accueillir les blessés palestiniens "et leur donner les soins nécessaires dans les hôpitaux égyptiens".
Hassan Ghashgavi, porte-parole iranien des Affaires étrangères : il demande une "action urgente (...) du Conseil de sécurité et de l'Organisation de la conférence islamique (OCI) et de tous les pays pour empêcher le régime sioniste de poursuivre ses crimes". "Ces crimes (...) sont la preuve de l'attitude agressive du régime sioniste et résultent du silence de la communauté internationale face à l'encerclement injuste des habitants de Gaza".
Amr Moussa, secrétaire général de la Ligue arabe : la Jordanie a demandé la tenue d'une réunion d'urgence dimanche des ministres arabes des Affaires étrangères "pour examiner les agressions israéliennes contre la bande de Gaza". Il demande à la Libye, membre du Conseil de sécurité de l'ONU, la tenue d'une réunion d'urgence du Conseil sur les raids israéliens.
UE : La présidence française de l’Union Européenne a réclamé hier l’"arrêt immédiat" des "bombardements israéliens" sur Gaza et "des tirs de roquettes en provenance de Gaza" vers Israël, dans un communiqué.
Nicolas Sarkozy, président de la République française : il demande "l'arrêt immédiat des tirs de roquette sur Israël ainsi que des bombardements israéliens sur Gaza". Il "exprime sa plus vive préoccupation devant l'escalade de la violence dans le sud d'Israël et dans la bande de Gaza. Il condamne fermement les provocations irresponsables qui ont conduit à cette situation ainsi que l'usage disproportionné de la force". Il "déplore les importantes pertes civiles et exprime ses condoléances aux victimes innocentes et à leurs familles". Il "appelle les parties à la retenue. Il rappelle qu'il n'existe pas de solution militaire à Gaza et demande l'instauration d'une trêve durable".
Hind Khoury, déléguée générale de la Palestine en France : "Il faut que ces attaques s'arrêtent immédiatement, cet enfer doit être arrêté". "Israël agit avec toute impunité contre le peuple palestinien, le monde doit être plus responsable". "À chaque fois qu'il y a des élections israéliennes, il y a des attaques contre les Palestiniens". Javier Solana, représentant de l'UE pour la politique étrangère : "Nous sommes préoccupés par les événements à Gaza". "Nous appelons à un cessez-le-feu immédiat et demandons à toutes les parties la plus grande retenue. Tout doit être fait pour renouveler la trêve".
Sergueï Lavrov, ministre russe des Affaires étrangères : "Moscou juge nécessaires d'arrêter immédiatement les opérations d'envergure contre Gaza qui a déjà entraîné de nombreuses victimes et des souffrances du peuple palestinien". "Nous appelons en même temps la direction du Hamas à cesser les tirs de roquettes contre le territoire israélien
Royaume-Uni : il se dit "profondément inquiet" et demande un "maximum de retenue" au gouvernement israélien et un arrêt "immédiat" des tirs de roquettes sur Israël depuis Gaza.
Etats-Unis : ils pressent Israël de faire en sorte que les raids visant le Hamas dans la bande de Gaza ne fassent pas de victimes civiles et avertissent le mouvement islamiste qu'il doit cesser ses attaques à la roquette "s'il veut que la violence cesse".




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com