Les condamnations continuent : L’ONU doit assumer sa responsabilité





Le Quotidien-Agences  
L'Union africaine (UA) a condamné hier les raids aériens israéliens sur la bande de Gaza et a appelé le Conseil de sécurité des Nations unies à "contraindre" l'Etat hébreu à déclarer un cessez-le-feu.
La commission (de l'UA) condamne fermement les raids aériens d'Israël sur la bande de Gaza depuis le 27 décembre", a affirmé l'organisation panafricaine dans un communiqué.
"Ces attaques massives et disproportionnées constituent une violation claire du droit humanitaire international et vont aggraver un peu plus les souffrances de la population civile confrontée à des pénuries de nourriture, de médicaments et de carburant en raison du siège imposé par Israël", poursuit le communiqué.
L'UA appelle le Conseil de sécurité de l'ONU et les membres du Quartette pour le Proche-Orient (Etats-Unis, Russie, ONU, Union européenne) "à assumer pleinement leurs responsabilités envers les civils de la bande de Gaza en contraignant Israël à un cessez-le-feu immédiat".
L'organe exécutif de l'UA enjoint également la communauté internationale à prendre des mesures pour assurer l'acheminement d'aide humanitaire et médicale aux victimes des attaques et pour "garantir la protection de la population civile".
Pour sa part, la Chine a de nouveau fait part de son inquiétude face à l'escalade de la violence dans la bande de Gaza en appelant Israël et les Palestiniens à résoudre leur conflit pacifiquement.
"La Chine exprime une vive préoccupation devant la situation à Gaza", a déclaré le porte-parole du ministère des Affaires étrangères Qin Gang lors d'un point de presse.
"Nous espérons que les parties concernées écouteront les voix internationales et cesseront le conflit armé afin d'éviter de nouvelles victimes et de chercher les moyens politiques de résoudre leurs différends", a-t-il ajouté.
Lundi, la Chine s'était dite "choquée et sérieusement préoccupée par les opérations militaires à Gaza" appelant à ce qu'elles cessent et à "l'adoption de mesures réalistes pour relâcher la tension".
La veille au soir, à New York, le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, a qualifié l'escalade de la violence d'"inacceptable". "Israël et le Hamas doivent cesser leurs actes de violence et un cessez-le-feu doit être déclaré immédiatement", a-t-il dit, en appelant les dirigeants arabes à "faire davantage" pour stopper les violences.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com