Témoignage sur les questions de la littérature





Hédi Daniel est un poète syrien qui vit en Tunisie depuis 1982. Féru de littérature de notre pays, il a étudié de nombreux ouvrages et auteurs tunisiens. «Les questions de la littérature tunisienne», son nouveau livre, est un témoignage exhaustif sur les thèmes saillants de la littérature tunisienne.
Dés le début de cet ouvrage, le poète syrien insiste sur le caractère limité et surtout peu répandu de la littérature tunisienne au Moyen-Orient. Elle demeure, selon lui, la moins connue de toutes les littératures maghrébines dans cette région. Pour illustrer son propos, il cite, à cet effet, Mohamed Laroussi Metoui, méconnu à cause des poètes et écrivains en général qui portent cette responsabilité. Il présente, par la suite, cet écrivain puis son parcours scientifique et académique aussi bien en Tunisie qu’à l’étranger.  Hédi Daniel se range par la suite du côté de Mohamed Laroussi Metoui en évoquant son expérience au Moyen-Orient dont il a sillonné une bonne partie. Le poète syrien déclare qu’il s’est rendu compte que cette littérature n’a pas dépassé les frontières tunisiennes. Il reconnaît toutefois qu’elle exprime le vœu du peuple. «Vous avez tenté de dépasser les frontières tunisiennes sauf que les ailes de votre poésie ne vous ont pas mené plus loin que l’Algérie. Et quand vous avez essayé d’aller encore plus loin, les pans de vos derniers romans n’ont pu dépasser les frontières libyennes» relate le poète syrien.
L’auteur syrien a consacré quelques pages au poète et critique tunisien Ali Louati qui a traduit de nombreux ouvrages du français à l’arabe. Dans la présentation qu’il réserve au poètes tunisien, il insiste sur ses ouvrages consacrés à l’art plastique ou évoquant la vie du peintre tunisien Aly Ben Salem.  Hédi Daniel fait aussi un aperçu sur la biographie de Ali Louati sous forme d’une interview au cours de laquelle il évoque avec lui de nombreuses questions sur la littérature tunisienne. Dans son aperçu sur la vie de Oumar Ben Salem que le poète syrien considère comme «un témoin de son époque», il révèle que ce dernier est venu à l’écriture par «souci de relever le défi avant que ce souci ne devienne en lui une réaction identitaire». Comme il le dit d’ailleurs lui-même. Le poète syrien cite les outils que l’auteur tunisien utilise pour véhiculer sa pensée. Il s’agit du dialecte tunisien et l’arabe littéraire entre autres, qui sont les principaux outils linguistiques utilisés par bon nombre d’écrivains tunisiens. Scénariste, mais également écrivain engagé, Oumar Ben Salem met sa plume au service de la cause des opprimés et pour contester ce qui se passe en Palestine et qui va de mal en pis. Un cri d’alarme qu’il a d’ailleurs lancé dans son livre intitulé : «Une oasis sans ombre»
Abdelkader Ben Cheikh est aussi un autre écrivain tunisien qui a fait bonne figure dans ce livre. Le poète syrien le présente comme un lettré qui jongle entre la culture occidentale et celle arabe. «Je pense en français et je te réponds en arabe». Telle était d’ailleurs l’une des assertions que cet homme. Il s’est évertué également à expliciter la question complexe de l’inter-culturalité linguistique.  Hédi Daniel a insisté aussi dans son ouvrage sur d’autres écrivains tunisiens à l’instar de  Mohamed Lotfi Youssefi, Moustapha Kilani, entre autres.
Il a exposé dans les dernières pages de son ouvrage les grands courants de la littérature tunisienne contemporaine. Il cite ainsi un certain nombre d’auteurs tunisiens qui étaient partisans ou adeptes d’une littérature avant-gardiste. Parmi ces auteurs, on trouve Tahar Hammami, Mohamed Masmouli, entre autres. La littérature féminine n’est pas en reste non plus. Il y consacre quelques pages et s’interroge de la façon suivante : «La littérature féminine en Tunisie : réalité ou rêve ?». Pour répondre à cette question, il présente quelques-unes des figures de proue de cette littérature en Tunisie. Il cite Najat Adouani et Hayett Ben Cheikh qu’il considère comme pionnières de la littérature féminine en Tunisie.


Ousmane WAGUE




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com