Echec sur toute la ligne !





La seule perspective de penser un seul instant qu’Israël va tirer le moindre profit de son offensive barbare, à Gaza, revient à se mettre le doigt dans l’œil jusqu’au trognon. Le propos n’est point exagéré dans la mesure où aucun des objectifs fixés dans le cadre de cette campagne de la terreur n’a été réalisé. La mise au pas de  la résistance palestinienne, cheval de bataille de  cette expédition punitive sanguinaire, aura été finalement une vue de l’esprit. Malgré les bombardements aveugles et intensifs dont le gros des victimes se compte parmi les populations civiles palestiniennes et notamment les enfants, les roquettes des brigades d’Al Aqsa ont continué à pleuvoir sur les villes israéliennes de Sderot et d’Ashkelon. Les combattants palestiniens qui ont illustré une remarquable leçon de bravoure et de sacrifice, ont donné le tournis à l’armée israélienne malgré l’inégalité flagrante des forces en présence.
Tel-Aviv n’a donc pas de quoi pavoiser, ni bomber le torse car il n’a gagné que dalle, finalement, de sa représaille disproportionnée qui  a suscité indignation et dégoût extrêmes aux quatre coins de la planète.
Les gouvernants israéliens peuvent toujours se consoler, en revanche, d’avoir  «lustré» davantage l’image de leur pays dans le monde. Un pays qui s’est forgé la réputation confirmée d’Etat hors les lois universelles et qui n’éprouve aucun scrupule à violer les conventions internationales. Un pays qui pratique au vu et au su de tous le terrorisme d’Etat, n’hésitant pas à utiliser, contre des populations civiles désarmées, des armes non conventionnelles au mépris des traités internationaux. Israël a, en fait, poussé à leur paroxysme, dans ce sinistre registre, les limites de l’horreur et de l’humainement supportable en recourant à des bombes qui  sectionnent ou mutilent les corps, même à distance, de leurs victimes. Les témoignages accablants des médecins occidentaux ayant exercés à Gaza constituent, à ce propos, autant de preuves  formelles que l’Etat hébreu s’est rendu coupable de nombreux crimes contre l’humanité. Des crimes d’une évidence qui ne souffre pas l’ombre d’un doute et qui ne peuvent rester impunis au risque de remettre en question tout le système judiciaire international. A quoi bon partir à la chasse des auteurs des génocides du Rwanda, du Cambodge ou de Srebrenica..., si d’autres bourreaux sanguinaires restent au-dessus des lois internationales et continuent à bénéficier d’une insoutenable et injustifiable immunité?
Israël, qui a donc perdu au change à Gaza, aura réussi tout de même à exacerber les passions du nationalisme arabe. La rue arabe gardera en mémoire et pour longtemps les images atroces de tous ces enfants palestiniens tués sans ménagement par l’armée israélienne. L’Etat hébreu a également contribué à l’émergence d’une résistance palestinienne plus aguerrie, plus rompue aux dures épreuves et encore plus déterminée. Une résistance trempée dans l’acier et qui fera plus que jamais de sa cause une question de survie dans un environnement immédiat très hostile.
Pour toutes ces raisons, Israël a perdu sa guerre à Gaza qui est loin de lui assurer sa sécurité.
Les gouvernants israéliens auront le temps de se rendre à cette cruelle évidence et d’amorcer inévitablement un retour brutal à la case départ...


Chokri BACCOUCHE




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com