Les jeunes et la santé : Prudents, mais pas maniaques





La jeunesse est une étape très importante dans le développement de la santé physique et mentale. C’est à cette période de la vie qu’on se forge le caractère et que l’on acquiert ses habitudes de vie, qu’elles soient bonnes ou mauvaises. Hélas, bon nombre de jeunes adoptent des habitudes nuisibles à leur santé. Certains sont sensibles à l’importance de la santé, mais cette sensibilité n’est guère suffisante ! Veillées, manque de sommeil, excitants, alcool, tabac, alimentation déséquilibrée, risques de contamination par les maladies contagieuses et transmissibles, etc. sont des comportements qui menacent la qualité et l’espérance de vie des jeunes… Le point.

Tunis - Le Quotidien
La santé est un patrimoine qu’il faut absolument préserver ! Or, la vie des jeunes gens ressemble souvent à un capharnaüm. Les moments qu’ils préféreraient le plus ont généralement lieu le soir. Sauf qu’une fois leurs soirées entamées, nul ne peut prévoir quand et comment cela va finir ! Oui, le tempérament de la majorité des jeunes les pousse souvent à un certain laisser-aller. Ils aiment s’aventurer, prendre des risques et s’adonner aux excès même s’ils savent que cela met leur vie en danger. Les jeunes peuvent avoir un mode de vie complètement démesuré tant qu’ils ne voient pas de raisons valables pour… cultiver la modération. Ils mangent de plus en plus mal. Ils consomment, sans modération, des nourritures fortes en gras saturé, en sucre et en cholestérol. Ils préfèrent la malbouffe aux aliments sains. Ce qui entraîne une mauvaise forme physique et accroît le risque de maladies. La sédentarité, les mauvaises habitudes alimentaires, le tabagisme et la dépendance à l’alcool et aux drogues licites et illicites, sont des habitudes de vie très néfastes et malheureusement adoptées par plusieurs jeunes. Et ce, sans parler des troubles psychiques qui touchent de près les jeunes. En effet, les troubles du comportement, la délinquance, la violence et le « papillonnage» constituent les principales tares qui retentissent sur la santé et l’équilibre psychique des jeunes. Ceci est d’autant plus dangereux puisque l’influence qu’ils ont les uns sur les autres est presque une loi dans le milieu juvénile. Et même si nombre de jeunes font en sorte de garder une bonne hygiène de vie, qu’ils savent que la jeunesse n’est point éternelle, beaucoup de questions restent préoccupantes…
Myriam, 17 ans, est terrifiée par l’idée de prendre du poids ou de tomber malade. Elle fait du sport et garde une bonne hygiène de vie. La jeune fille suit un régime strict pour que sa masse calorifique reste réduite. Sauf que sa nature gourmande la pousse à se permettre quelques folies. «Tout le monde me dit que rien ne «déborde» et que j’ai les mensurations qu’il faut. Mais l’idée de devenir grosse m’effraye. Raison pour laquelle j’essaye de manger de manière saine et équilibrée. J’arrive à bouder les friandises, les gâteaux et autres sucreries à contre durant des mois, mais je craque parfois devant un plat salé qui sent vraiment bon ou un morceau de gâteau au chocolat fondant ! Je suis incapable de me priver de tout ! Et après m’être permis quelques excès, je reste aux aguets. Je jauge mon poids pour être sûre qu’il n’y a pas de kilos superflus qui sont venus s’installer disgracieusement sur mon ventre, mes cuisses ou mes hanches. Le cas échéant, je réduis la quantité de mes repas jusqu’à ce que j’atteigne mon poids initial. Je pratique du sport pour que ma masse musculaire ne soit pas réduite et surtout pour que ma peau reste ferme et bien galbée. Mis à part l’alimentation, je dois dire que je suis une vraie maniaque. Je n’entre jamais dans les toilettes publiques, je me brosse les dents après chaque repas, je n’emprunte jamais mes vêtements, je n’utilise jamais de produits cosmétiques… Je fais en sorte de ne pas avaler une seule goutte de café et je n’ai jamais touché au tabac. De plus, je ne suis pas du tout tentée par les habitudes et les comportements à risque qui peuvent avoir des répercussions vraiment graves. Je ne sors jamais le soir si je ne suis pas en famille. J’ai une hygiène de vie avec zéro faute, quoi ! N’empêche que le fait d’avoir une vie totalement saine, cela a un goût insipide. Mais je préfère prévenir que guérir », dit-elle.
Mohamed, 19 ans, ne se montre vigilant que concernant les maladies contagieuses et les maladies sexuellement transmissibles. Pour le reste, il ne semble pas être du genre très préventif. « Je n’ai pas quarante ans ! Il est encore trop tôt pour que je me soucie de ma santé. Je laisse les choses aller d’elles-mêmes. Je n’ai heureusement pas de problèmes de santé. Je me permets de craquer devant un plat de fritures plein de matières grasses. Je n’hésite pas une seconde à me faire plaisir même si cela me donnera des aigreurs à l’estomac. Je peux aussi doubler la dose si je me retrouve devant un plat succulent. Tant pis si je vais avoir une indigestion ! Je peux aussi me permettre de siroter du café parce que cela m’aide à évacuer le stress des études. Je peux veiller plusieurs nuits de suite pour faire la fête ou suivre un bon film, cela m’aide à oublier la monotonie et la routine. Je ne crois pas que je fais vraiment des excès d’autant plus que je n’ai jamais touché aux choses vraiment dangereuses pour ma santé. Je crains les maladies incurables et cela me pousse à prendre toutes les précautions qu’il faut pour me protéger d’une maladie dans le genre MST. Mais en dehors de cela, je suis loin d’avoir une hygiène de vie parfaite. J’ai d’autres chats à fouetter à présent. Et puis je suis encore très jeune pour laisser les tracas et les soucis d’une bonne hygiène me gâcher la vie ! Certes, il vaut mieux prévenir que guérir comme on dit, mais je crois qu’avec l’âge, j’aurai le temps de le faire. Et puis le fait de vivre comme un maniaque qui a peur de tout ne me ressemble pas du tout. Et on ne peut pas s’empêcher de tomber malade de temps à autre à moins de vivre dans un cocon », dit-il.
Hédi, 21 ans, partage le même avis. Le jeune homme pense que l’âge de la jeunesse lui permet quelques excès. «Il est vrai qu’il vaut mieux avoir une hygiène de vie saine. Mais que faire devant les multiples tentations ? Ma jeunesse me permet de croquer la vie à pleines dents, à profiter de chaque moment de plaisir et à ne pas me soucier de ce qui se passera demain. Je peux tirer quelques bouffées de cigarette, siroter du café, veiller, faire la fête, courir quelques risques tant que cela me fait du bien. Mais il faut aussi savoir se mettre des freins pour que notre état de santé générale reste à l’abri. Il est essentiel qu’on reste indemne. Bon, c’est vrai que je peux m’adonner à quelques folies mais je sais arrêter lorsqu’il y a un danger dans l’air ! Je dois m’abstenir de faire certaines choses qui peuvent avoir des répercussions vraiment graves et qui peuvent me pourrir la vie à jamais ! Et même si je me permets quelques écarts, je suis sûr que rien de vraiment grave ne s’en suivra. Je sais reculer même si je meurs d’envie de faire telle ou telle chose. Certes, il faut être prudent, mais trop de précautions nuit. Je ne vais pas jusqu’à me pourrir la vie avec une prudence maladive et démesurée », dit-il.


Abir CHEMLI




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com