Play off (4e J.) : C.A., E.S.S. et U.S.M. : vertus retrouvées





Après sa déconvenue de mercredi dernier, le CA a vite fait de se racheter sur l’un des parquets les plus difficiles, Nabeul. Quant à l’ESS, elle confirme son retour progressif à la plénitude de ses moyens, alors que l’USM continue allégrement de tenir le cap.
Les Clubistes n’ont fait que prouver leur solidité hors de leurs murs. Rares, en effet, sont les équipes qui se prévalent d’une aussi grande solidarité à l’extérieur. Celle-ci s’explique d’abord par la riche expérience et la maturité des joueurs, ainsi que par une application d’une grande méticulosité, grâce à des automatismes extrêmement huilés, Monaem Aoun comptant le plus clair du temps sur un noyau de 6 à 7 joueurs, les mêmes depuis plusieurs années, sachant se héler et s’interpeller à demi-mot sur un parquet. Le mérite du coach clubiste est, avant  tout, de savoir soustraire son groupe à toute forme de lassitude mentale et tactique. Et une nouvelle fois, les Clubistes ont fait preuve d’une rugosité défensive telle que, la plupart du temps, les Potiers ont été maintenus sur la périphérie, pâtissant, de surcroît, d’un certain bémol au niveau des tirs. En attaque, les Clubistes ont alterné contres et attaques placées avec un égal bonheur, grâce à Lahmar et Amri, dans le premier registre, et Essayed et surtout Ezzehi, au summum de sa forme, dans le second.
Evolution du score par Q.T.: (19-23), (34-41), (54-60) et (72-77)
A Sousse, les Etoilés ont dominé les débats de bout en bout et dans tous les secteurs du jeu. Les fantassins de Ridha Labidi retrouvent petit à petit leur véritable degré de compétitivité, après le pic de forme atteint lors du dernier CACC, suivi d’une relative décompression, somme toute normale, au bout de laquelle ils essuyèrent deux défaites consécutives, réduits à néant par deux succès de suite face à l’ESR et EZS.
Celle-ci a, une nouvelle fois, confirmé son inconstance. En effet, après leur éclatant succès face au CA, les Zahrois calent, pas seulement au niveau du résultat, mais aussi à celui de la manière, malheureusement en dents de scie.
Evolution du score par Q.T.: (23-19), (40-29), (68-49) et (89-74)
A Monastir, enfin, l’ESR a peut-être dilapidé sa dernière chance de recoller au classement et d’aspirer à arracher un billet qualificatif au super play off.
Le gâchis est d’autant plus monumental que la bande à Elloumi a dominé outrageusement les 3/4 du match avec des écarts flirtant avec les 20 points. Mais une nouvelle fois, l’incroyable indiscipline tactique des joueurs, notamment à la fin du match, devenue pratiquement indéracinable depuis un certain bail, leur fut fatale. Cette seule approche serait, toutefois, très réductrice, les Monastiriens n’ayant guère volé leur succès. En effet, un match se joue sur 40’, et à ce propos, Walid Gharbi et ses poulains ont, une nouvelle fois, fait preuve de cette belle application tactique et d’une force de personnalité dissuasive, leur permettant de réduire lentement mais méthodiquement le score et de trancher en leur faveur dans le money time final, comme ce fut le cas face à EZS et au SN.
Evolution du score par Q.T.: (11-31), (29-44), (52-57) et (85-81).

Wahid SMAOUI

Play out (4e J.) : A.S.H. et D.S.G., de mal en pis

La JSK et le CSC continuent de dominer ce play out. La belle surprise, toutefois, est de trouver dans leur sillage les deux néo-promus, la JSM et la SSK.
Les Menzahaouis et les Kasserinois ont bel et bien prouvé que la première phase leur a été grandement profitable, concernant leur apprentissage de la haute compétition. Ils ont pu, en effet, d’une part engrangé des victoires face à l’ASH et la DSG, prenant sur eux un certain ascendant psychologique en prévision des futures batailles pour le maintien. Ils ont, de l’autre, mené la vie dure aux deux super favoris, la JSK et le CSC. Pour preuve, le score somme toute serré ayant sanctionné les débats entre la JSK et la JSM. De leur côté, les Kasserinois se sont imposés assez facilement à l’extérieur, face à la DSG. Pour leur part, les Cheminots auraient pu signer à Hammamet un assez large succès, mais vers la fin, ils connurent des sueurs froides à cause d’un relâchement coupable de certains joueurs ayant cru trop tôt à la victoire finale.


W.S.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com