E.N. : Dhaouadi et Nafti ont-ils un avenir avec Coelho ?





A part le Sang et Or, Teyeb et quelques jeunes talents qui jouent en Europe, il n’y a pas eu de nouveauté dans la liste de Coelho. Toutefois, l’absence de Dhaouadi et Nafti suscite des interrogations.
Ce qui étonne encore plus, c’est l’explication fournie par le sélectionneur. Il estime qu’il a dans sa liste d’autres joueurs au même poste, mais il a laissé comprendre que Dhaouadi, Nafti et Akrout ne sont pas bons dans le replacement et la récupération et ceci les empêche de s’adapter à ses choix et à sa philosophie de jeu. Or, ce sont là des joueurs talentueux qui ont été ainsi depuis leur éclosion et il faudrait réellement une baguette magique pour changer leur attitude un peu molle sur le terrain.
Ce sont avant tout des joueurs offensifs, toujours  prêts à aller vers l’avant de penser à reculer vers l’arrière.
Malheureusement, dans notre championnat local, nous ne possédons pas des joueurs aussi bons que ce trio  et l’E.N. doit, normalement, en profiter. Ils ne sont peut-être pas les éléments  indispensables à une équipe qui va affronter le Kenya en déplacement, s’agissant d’un adversaire qui joue à domicile et face auquel les Tunisiens vont probablement opter pour la prudence, mais a-t-on commencé dès maintenant à «avoir peur» du Kenya et à préparer une armada de battants pour l’affronter ?
Lorsqu’on dispose d’atouts offensifs tels les trois joueurs cités, pourquoi s’en priver et ne compter que sur des joueurs moyens et combatifs ? M. Coelho a déjà entraîné le Portugal il y a quelques années et il a toujours compté sur Nuno Gomes, un attaquant qui ne défend presque jamais.
C’était l’un des atouts de l’équipe et il était  toujours là, même lors des matches disputés en déplacement. Concernant Dhaouadi, il allie presque tout actuellement: il a un talent fou, son comportement sur le terrain a beaucoup évolué dans le bon sens et surtout il est à présent l’un des joueurs les plus en forme en championnat. On ne peut faire plus pour mériter une place en sélection et d’après les arguments cités par Coelho, on risque de ne plus voir ce joueur avec le  maillot national.
Bien entendu, il s’agit d’un choix et d’une conviction et le sélectionneur a les siens.Nous ne sommes pas là pour lui faire apprendre son métier et il est assez compétent  pour le faire.
Il s’agit de simples observations ou remarques car on peut s’étonner de voir Coelho préférer, à l’heure actuelle, Chammam à El Ifa, mais peut-être qu’il pense autrement: il a déjà vu le latéral clubiste jouer à gauche contre le Ghana et il veut voir Chammam et comparer les deux prestations même si, à ce poste, Mikari demeure le plus indiqué. Le coach a souvent ses raisons pour prendre telle ou telle décision et nous espérons le voir réussir dans sa mission et finir par convaincre tout le monde.


Kamel ZAIEM




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com