Après l’expulsion de Tunisie de M. Yves Steiner : Précisions tunisiennes





Suite au communiqué du gouvernement suisse, après l’expulsion de Tunisie de M. Yves Steiner, membre d’Amnesty International, diffusé, lundi, par les médias, une source autorisée du ministère des Affaires étrangères «regrette que la Suisse, pays particulièrement sourcilleux quand il s’agit de l’application de ses lois, notamment vis-à-vis des étrangers, réagisse de façon inhabituelle et non conforme aux usages diplomatiques, en déplorant que la Tunisie, en pays souverain, veille au respect de ses lois et n’accepte pas que des agissements incompatibles puissent troubler son ordre public.En effet, les agissements de M. Steiner sur le territoire de la République Tunisienne ont été sciemment provocateurs et délibérément attentatoires à la loi en vigueur».La même source rappelle que «la Tunisie est un Etat de droit, ouvert et tolérant où les libertés publiques sont garanties et consacrées par la Constitution, et constituent une pratique quotidienne. La Tunisie, qui n’a de leçon à recevoir de personne dans ce domaine, rappelle qu’elle est, elle-même, attentive à l’évolution des droits de l’homme partout dans le monde».



Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com