La revue hebdomadaire des marchés au 13/02/2009.





National :
* Soutien accru au secteur touristique ;
* Politique monétaire soutient l’expansion sans prise de risque ;
* La demande intérieure soutient la reprise ;
* Rentabilité du système éducation et meilleure emploi à l’ordre du jour ;
International :
* Etats-Unis : le vote des chambres du plan de relance de la Maison Blanche apporte une bouffée d’oxygène;
* Zone euro, un sur-place lancinant …
BVMT :
Reprise continue (+2.69%), avec des applications conséquentes.


Tahar El Almi*
International-Activité :
Etats-Unis : Le Congrès américain a offert vendredi soir au président Barak Obama le premier succès législatif de son mandat en adoptant un important plan de relance de l'économie d'un montant global de 787 milliards de dollars.
Le Sénat, à majorité démocrate, s'est prononcé par 60 voix pour et 38 contre sur ce texte qu'Obama voulait voir approuvé avant le week-end et qui était le résultat d'un compromis obtenu par les négociateurs des deux chambres.
Le vote des sénateurs intervenu en fin de soirée a confirmé la tendance qui s'était dégagée, plus tôt dans la journée, lorsque les représentants avaient soutenu le texte à une confortable majorité de 246 contre 183.
Ce vote met fin à plusieurs semaines de débats au Congrès sur la meilleure manière de relancer une économie dont le taux de chômage atteint 7,6% et où la crise bancaire a provoqué un gel des prêts.
"Cela ne va pas résoudre nos problèmes en une nuit", a dit Daniel Inouye, président de la commission sénatoriale des crédits budgétaires, peu avant le vote final.
"C'est le début d'un processus... Cela doit donner à l'Amérique la confiance dans notre capacité de surmonter cette crise", a-t-il ajouté.
Pour les observateurs, Obama devrait maintenant « parapher rapidement le texte et remplir ainsi sa promesse de relancer l'économie américaine en offrant des réductions d'impôts pour stimuler la consommation et des dépenses publiques pour relancer la production ». Cette loi marque le plus grand changement dans la politique intérieure depuis les années 30.
Les démocrates espèrent que ce plan permettra de créer 3,5 millions d'emplois.
Si l'adoption de ce texte constitue une victoire pour Obama, ce dernier n'a toutefois pas réussi à convaincre les républicains, puisque pas un seul d'entre eux n'a voté en faveur du texte à la chambre et que seuls trois sénateurs y ont apporté leur soutien.
a estimé David Obey, président de la commission des crédits budgétaires à la Chambre des représentants.
* Japon : Pour les dirigeants politiques japonais, la crise un peu particulière que traverse le pays s'explique par un yen trop fort. Le ministre des finances, Shoichi Nakagawa, se propose d'agir sur le cours de la monnaie nationale, mais ce n'est pas une bonne solution. Cela risquerait plutôt de propager les problèmes économiques japonais dans le reste du monde, ou encore d'entraîner une course à la dévaluation qui ne pourrait qu'attiser les tentations protectionnistes naissantes.
Au Japon, la récession s'avère plus prononcée qu'ailleurs, alors que les établissements bancaires sont en bonne santé et que l'immobilier n'a pas connu de bulle significative au cours des dix dernières années. Sur le seul mois de décembre 2008, la production industrielle a chuté brutalement de 9,6 %. Elle est actuellement inférieure de 21 % à son niveau d'il y a un an, tandis que les exportations ont baissé de 35 %. Si les importations ont elles aussi diminué de 21 %, cela fait quand même trois mois que la balance commerciale est en déficit, une chose rarissime dans les annales de l'histoire économique du Japon.
Les responsables politiques mettent en cause la hausse du yen, «qui serait en ce moment surévalué de 34 % par rapport au dollar». Pour l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). Cependant, si l'on s'intéresse au taux de change effectif sur deux ans, la hausse du yen apparaît moins spectaculaire : «son cours actuel ne correspond jamais qu'à la moyenne des trente-quatre dernières années».
* Union Européenne : La production industrielle a reculé de 2,6% dans la zone euro et de 2,3% dans l'Union européenne en décembre 2008 par rapport à novembre. Par rapport à décembre 2007, la production industrielle a ainsi baissé de 12% dans la zone euro et de 11,5% dans l'UE.
Espagne : le PIB s'est contracté de 0,7% au quatrième trimestre par rapport à la période correspondante en 2007. En rythme séquentiel, la quatrième économie de la zone euro s'est contractée de 1% au quatrième trimestre, après un repli de 0,3% le trimestre précédent. Le spectre de la déflation prend en outre de la vigueur en Espagne, avec un taux d'inflation pour janvier 2009 porté à +0,8%, contre +1,5% en décembre. Il s'agit de la plus faible progression depuis juin 1969.
Allemagne : Le produit intérieur brut (PIB) de l'Allemagne s'est contracté de 2,1% au quatrième trimestre, un recul sans précédent depuis la réunification en 1990, sous l'effet du net ralentissement de l'industrie manufacturière qui a fait reculer les exportations ainsi que les investissements de la première économie européenne.
Pour les analystes, la situation s'est nettement dégradée à la fin de l'année. Ils estiment que l’Allemagne se dirige vers un nouveau recul aux premier et deuxième trimestres.
La baisse du PIB sur la période octobre-décembre, plus forte qu'attendu, a été provoquée en particulier par la baisse des investissements et du commerce extérieur, a précisé l'Office fédéral de la statistique. Jamais depuis 1990, l'économie allemande ne s'était contractée de plus de 1,2% sur un trimestre, selon les statistiques de la Bundesbank (Banque Centrale Allemande).
Les économistes anticipent en moyenne une contraction de 1,8% au quatrième trimestre.
La période octobre-décembre marque le troisième trimestre d'affilée de contraction du PIB, ce qui ne s'était plus produit depuis fin 2002, début 2003. Le gouvernement a d'ores et déjà prévenu qu'un nouveau recul du PIB était prévisible au premier trimestre de 2009.
Résultats des courses, en rythme annuel, le PIB allemand accuse une baisse 1,6% au quatrième trimestre, contre +1,4% sur la période juillet-septembre.
Les commandes à l'industrie et la production ont enregistré une baisse sans précédente depuis la réunification au mois de décembre, sous l'effet de la chute de la demande pour les biens manufacturés. Les commandes de machines-outils ont, elles, plongé sur la période octobre-décembre, le pire trimestre depuis 50 ans. Les exportations, fer de lance de l’expansion allemande, ont enregistré une baisse record en novembre, avant un nouveau recul en décembre.
«L'impact de la récession sur la sphère réelle ne cesse de s'accroître et le chômage, de nouveau en hausse, devrait augmenter rapidement» avancent les analystes de conjoncture.
Cependant, l'indice Ifo du climat des affaires en Allemagne a connu une légère amélioration au mois de janvier, pour la première fois depuis huit mois. A l’appui de cette annonce, la fédération qui regroupe les importateurs de voitures, s’attendent à ce que les immatriculations de voitures neuves enregistrent une croissance à deux chiffres en rythme annualisé au cours du premier trimestre 2009, grâce aux mesures de relance du gouvernement qui commencent à avoir un impact positif sur la demande.
En France, le PIB français s'est quant à lui replié de 1,2% au quatrième trimestre 2008, selon l'estimation provisoire publiée jeudi soir par le Ministère de l'Economie, de l'Industrie et de l'Emploi.
* Bourses : La Bourse de New York était en baisse vendredi à la mi-journée, avant un long week-end, dans un marché qui attend toujours des solutions concrètes à la crise: le Dow Jones perdait 0,83% et le Nasdaq 0,31%.
Jeudi, Wall Street avait réussi à finir près de l'équilibre, après un trou d'air en séance, grâce à des rumeurs annonçant des progrès dans la définition d'un plan de soutien du marché immobilier aux Etats-Unis. Le Dow Jones avait limité sa perte à 0,09% et le Nasdaq avait gagné 0,73%.
Les Bourses Européennes ont terminé en hausse vendredi, cependant, que L'indice des bancaires européennes accuse la plus forte baisse sectorielle de la journée, de 1,36%.
A Paris, Sur la semaine, l'indice CAC 40 a perdu 4% à Paris, pour terminersur un gain de 1,13%, mais bien en deçà de leurs plus hauts de séance, l'annonce de Lloyds Banking Group ayant provoqué la glissade des bancaires britanniques. De fait, Londres a fini sur une baisse de 0,3%.
Les valeurs bancaires faisaient encore l'objet de beaucoup d'attention.
* Asie : Les marchés asiatiques ont repris un peu de hauteur ce vendredi, à l'image de la Bourse de Tokyo qui a terminé la semaine en hausse de 0,96% à 7.779 pts sur le Nikkei (actualité) . Le marché a profité de nouvelles rumeurs en provenance de Wall Street en vue d'un plan de soutien et d'aide qui serait destiné aux propriétaires de logements rattrapés par la crise. La bourse de Shanghai a regagné 3,2%, suivi de Hong-Kong, en hausse de 2,2% et de Singapour qui a progressé de plus de 1% avec Séoul et Jakarta.
La Bourse de Tokyo a terminé la semaine en hausse de 0,96% à 7.779 pts sur le Nikkei (actualité). Le marché a profité de nouvelles rumeurs en provenance de Wall Street en vue d'un plan de soutien et d'aide qui serait destiné aux propriétaires de logements rattrapés par la crise.
* Taux - Devises - Pétrole: Le marché obligataire plongeait. Le rendement du bon du Trésor à 10 ans remontait à 2,839% contre 2,727% jeudi soir, et celui à 30 ans à 3,634% contre 3,462% la veille.
Le dollar grimpe face à l'euro, qui perd 1,1% à 1,275 dollar contre euro, après la publication de chiffres plutôt rassurants concernant les ventes de détail aux États-Unis. Il profite notamment du repli continu des cours du pétrole, avec un baril 'light sweet crude oil' livraison mars en baisse de 4,1% à 34,5 dollars.
A l’opposé, l'euro peine, alors que de nouveaux indicateurs déprimants viennent conforter l'hypothèse de nouveaux assouplissements de politique monétaire dans la zone euro.
La livre sterling chute de 1,2% à 1,421 dollar par rapport au dollar et l'euro prend 0,1% face à la livre à 0,898 livre pour un euro.
L'euro recule de 1,2% à 115,3 yens contre euro tandis que le billet vert cote environ 90,4 yens contre dollar. L'euro cote 1,491 franc suisse contre euro, en repli de 0,2%
Enfin, le yen a terminé à 91/$ entre banques, ce qui a soutenu les valeurs exportatrices.
La livre sterling grimpe de 1,5% à 1,447 dollar par rapport à la devise américaine et l'euro chute de 1,2% face à la livre à 0,891 livre pour un euro.
Enfin, la monnaie unique se maintient autour des 1,495 franc suisse pour un euro



TUNISIE : La semaine économique a été marquée par le Conseil ministériel consacré à la promotion du secteur touristique: Nouvelles mesures pour promouvoir le secteur du Tourisme. Vendredi matin, sous la présidence du président Zine El Abidine Ben Ali, le CM a été consacré à l’examen des moyens de promouvoir la compétitivité du secteur touristique, à la lumière du plan d’action ordonné par le Chef de l’Etat le 10 janvier dernier. Le conseil a passé en revue les volets de ce plan qui s’articule autour du renforcement des campagnes de publicité, la promotion du niveau de la formation et du recyclage, et la diversification du produit touristique.
Le conseil a approuvé un certain nombre de mesures:
* Consacrer un budget supplémentaire pour entreprendre des opérations promotionnelles de grande envergure.
* Renforcer le transport aérien international à destination de Tozeur et le transport aérien intérieur vers Tabarka et Tozeur.
* Mettre en place un programme de mise à niveau des hôtels axé sur l’aspect immatériel tout en procédant à la modernisation des centres de formation professionnelle en coordination avec toutes les parties intervenantes.
* Parachever la réalisation des projets des stades du golf dans les délais prévus.
* Accélérer l’exploitation des circuits historiques et archéologiques et promouvoir les grands festivals internationaux.
* Accorder davantage d’intérêt à l’esthétique des stations touristiques et à la propreté de leur environnement.
Le président de la République a ordonné de soumettre les résultats de l’étude stratégique sur le développement touristique à l’horizon 2016 à une consultation élargie des professionnels et des spécialistes du secteur.
Il a appelé les professionnels à accorder davantage d’intérêt à la qualité du produit et à attacher une importance particulière à l’animation des unités touristiques
Au niveau l’emploi, les projecteurs se sont focalisés sur l’amélioration du rendement du système éducatif.
M. Hatem Ben Salem, ministre de l’Education et de la Formation a souligné, en rencontrant, vendredi matin, à Tunis, le Bureau national de l’Organisation Tunisienne de l’Education et de la Famille (OTEF), l’impératif d’insuffler un nouvel élan à la relation entre le département et l’organisation, et d’ouvrir de plus larges champs à la coopération et au partenariat, l’objectif, a-t-il précisé, est d’améliorer le rendement du système éducatif.Il a également mis en valeur que ce nouvel élan s’inscrit dans le cadre de la vision judicieuse quant au rôle de la société civile et du concept de volontariat, relevant que le système éducatif vit actuellement au rythme des bilans, suite aux réformes introduites par la loi d’orientation de l’éducation promulguée en 2002.
Il a valorisé la contribution de l’OTEF dans la mise en place des orientations et la l’élaboration des objectifs visant à restructurer le système éducatif.
Le ministre a indiqué que l’évaluation concerne les volets relatifs à l’infrastructure scolaire, compte tenu de leur impact sur l’enracinement du sentiment d’appartenance de l’élève à son établissement éducatif, rappelant que le département a accordé à l’entretien et à l’aménagement de ces établissements la plus grande attention à travers le volume des crédits alloués à ce chapitre et qui a atteint, cette année, pour la première fois les 37 millions de dinars.
Il a indiqué que «la modernisation de l’administration, l’augmentation du taux d’encadrement au sein des établissements éducatifs, la révision de l’horaire scolaire et le renforcement des activités culturelles, sportives et récréatives dans les espaces d’enseignement ainsi que l’ouverture des écoles et des lycées sur leur environnement sont autant de thèmes majeurs de cette opération d’évaluation, réalisée en collaboration avec les différents intervenants au système éducatif, au premier rang desquels figure l’OTEF».
Il a également souligné «l’importance que revêt le développement de l’approche adoptée dans le domaine de l’enseignement en vue de renforcer son adhésion à la société du savoir et de la communication, afin de garantir une meilleure efficacité au système éducatif national, de faire évoluer les mentalités et renforcer les performances scolaires des élèves».
M. Salem Mekki, président de l’OTEF a, pour sa part, exprimé «la détermination à réaliser une mutation de qualité dans les missions et objectifs de l’organisation et à dépasser la sphère de son action classique à des espaces pratiques qui illustrent son appui aux efforts déployés par l’Etat dans l’amélioration du rendement du système éducatif».
Il a fait observer que «les volontaires adhérents à l’OTEF s’emploient à moderniser les méthodes de travail afin de faire de l’organisation un pilier de l’action éducative et un trait d’union entre le système d’éducation et la famille tunisienne».
Enfin, au niveau des grands chantiers, une centrale électrique à cycle combiné de 400 MW à Ghannouch : le projet de centrale électrique à cycle combiné, à Ghannouch (Gabès), dont les travaux ont démarré en septembre 2008, a pour objectif de faire face à la demande grandissante en énergie électrique dans le sud du pays et de contribuer à garantir l’équilibre de la production électrique avec les autres régions.La centrale d’une capacité de 400 mégawatts devra entrer en phase de production en mars 2011. Elle se compose d’une turbine à gaz et d’une autre à vapeur, un turbo-alternateur TOPGAS, un système de récupération de la chaleur et un système de contrôle de commande.
Le coût du projet est évalué à 730 millions de dinars. Il devra fournir 900 postes d’emploi durant la phase de réalisation et 120 postes permanents pour le fonctionnement de la centrale.
* Conjoncture et politique monétaire: le volume global de refinancement suggère des ponctions (-394,9 Mio TND par appel d’offre (au taux de 5.26%), contre -608,0 Moi TND l’année dernière à la date. Le Taux du Marché Monétaire s’est retrouvé à 4.64% vendredi 13. Ces éléments indiquent une surliquidité des agents, que la BCT semble vouloir réduire pour contenir les pressions inflationnistes lancinantes.
Pour mémoire, dans la sphère monétaire et financière «la masse monétaire (M3) et les concours à l’économie ont progressé, en 2008, de 13,4% et 13,7%, respectivement, et l’excédent de liquidité bancaire s’est consolidé de nouveau au cours du mois de janvier 2009, après avoir accusé un repli durant le dernier trimestre de l’année écoulée».
Au niveau de taux d’intérêt, «le taux au jour le jour sur le marché monétaire a varié entre 4% et 5,13% pour le mois de janvier courant, et le taux moyen du marché monétaire est revenu, jusqu’au 28 janvier, à 4,65% contre 5,19% au cours du mois de décembre, enregistrant ainsi une baisse dépassant 0,5 point de pourcentage».
Au niveau des prix, «le taux d’inflation a atteint 5% pour l’ensemble de l’année 2008 contre 3,2% en 2007, étant signalé la contraction de la hausse des prix au cours de la dernière période et qui devrait se poursuivre pour les prochains mois».
Sur le marché des changes, la clôture de vendredi, le Dinar s’est apprécié par rapport à l’euro, et déprécié par rapport au dollar, au Yen, et au dirham marocain pour mémoire, le taux de change du dinar, a connu depuis le début de l’année 2009 et jusqu’au 29 janvier, une dépréciation de 6,9% face au dollar américain et une appréciation de 0,6% vis-à-vis de l’euro.  

A la BVMT : au 13/02/2009.
On retiendra de la clôture du 13/02/2009, trois séances de baisse contre deux de hausse sur cinq jours de bourse.
L’indice TunIndex a clôturé la semaine au niveau de 3 052,42 marquant une hausse de 2,69 % contre une baisse de 0,57 % enregistrée la semaine précédente.
Au niveau des échanges, le volume des transactions sur la Cote de la Bourse a atteint 24,5 millions de dinars contre 13 millions de dinars la semaine précédente.
Durant la semaine, on note 27 valeurs à la hausse, contre 16 valeurs à la baisse.
La tendance sur 200 jours est redevenue baissière, avec une phase haussière sur 50 jours. Globalement, les comportements vendeurs, continuent de tirer les cours au plus haut, avec une moindre tendance aux rebonds baissiers.
La volatilité reprend de la vigueur, avec une contrainte relative des liquidités, contre balancée par une propension plus élevée à la prise de risque. Les délestages de portefeuille, se réduisent, après la relative accalmie observée il y a six semaines.
Au cours des 50 dernières séances de bourse, la volatilité s’était nettement réduite, par rapport à la période des 200 jours. Le Tunindex reste sous-tendu par des forces de correction de baisse relativement plus fortes et moins sensibles à la prise de risque.
La configuration de la semaine au 13/02/2009, suggère une phase de consolidation légèrement baissière, dans la zone intermédiaire du couloir à 200 jours de bourse, avec des rebonds et des petites prises de bénéfices qui tireraient les cours au dessous de la ligne à 3050 points.
N.B. Les informations et analyses diffusées par « LE QUOTIDIEN – PERSPECO » ne constituent qu'une aide à la décision pour les investisseurs. La responsabilité du « QUOTIDIEN – PERSPECO » ne peut être retenue directement ou indirectement suite à l'utilisation des informations et analyses par les lecteurs. Il est recommandé à toute personne non avertie de consulter un conseiller professionnel avant tout investissement. Ces informations indicatives ne constituent en aucune manière une incitation à vendre ou une sollicitation à acheter.
Les DIAGNOSTICS DIFFERENTIELS DES TITRES sont téléchargeables sur le site:www.perspeco.com
http://www.perspeco.com/index.php?option=com_content&task=blogcategory&id=20&Itemid=36


 ******* Performances et contre-performances ********
à surveiller…


* Amen banque : très bons fondamentaux, bonne visibilité, titre en hausse potentielle en zone de surachat ; accumuler/
* ADWYA: Très bons fondamentaux, très bonne visibilité, en zone intermédiaire, tendance au rebond : conserver/accumuler/


GRAPHIQUE


* Al: potentiellement porteur, bonne visibilité à moyen terme : conserver/accumuler/
* KIMIA : fondamentaux moyens, visibilité moyenne, titre porteur : conserver/accumuler/
* Artes : très bons fondamentaux, excellente visibilité : conserver/accumuler/
* Assad : conserver/accumuler/achat sur repli/
* Ast : bons fondamentaux, bonne visibilité : conserver/accumuler/achat sur repli.


GRAPHIQUE


* ATB : accumuler/achat sur repli/
* ATL : Achat sur repli/
* BH : Achat sur repli/
* BIAT : très bons fondamentaux, excellente visibilité : conserver/accumuler.


GRAPHIQUE


* BNA : conserver/accumuler
* BT : accumuler/achat sur repli/
* BTE : accumuler/achat sur repli/
* CIL : bonnes performances à moyen terme, bonne visibilité, en zone intermédiaire : conserver/accumuler/achat sur repli/
* GIF : amélioration des fondamentaux, bonne visibilité à moyen terme, en zone de sur-vente avec une tendance exprimée à la prise de bénéfices : prendre ses bénéfices/rester à l’écart.


GRAPHIQUE


* ICF: conserver/accumuler/achat sur repli/
* KAIR: accumuler/achat sur repli/
* LSTR: Achat sur repli/
* MAG: très bons fondamentaux, très bonne visibilité à moyen terme, en zone intermédiaire: conserver/accumuler/
* MGR: Achat sur repli/
* MNP: accumuler/achat sur repli/
* PLTU: achat sur repli/
* SFBT: conserver/accumuler.
* SIAME: conserver/accumuler/
* SIMPA: Achat/
* SIPHA: Achat sur repli/
* SITS: bons fondamentaux, visibilité moyenne, en zone de sur-achat, prime de risque relativement importante ; tendance à la correction de baisse potentielle et à la prise de bénéfices: rester à l’écart/achat sur repli/
* SOKNA: conserver/accumuler/achat sur repli/
* SOMOCER: conserver/accumuler/achat sur repli/
* SOTETEL : Fondamentaux moyens, visibilité médiocre ; tendance baissière ; zone de sur-vente : achat sur repli.


GRAPHIQUE


* SPDIT: Achat sur repli/
* STAR: Achat sur repli/
* STB: conserver/accumuler/
* STEQ: conserver/
* STIP: conserver/
* STPIL: fondamentaux médiocres, visibilité trop réduite ; en zone intermédiaire ; tendance à la correction de baisse ; prime de risque trop élevée : rester à l’écart/
* TAIR: conserver/Achat sur repli/
* TINV: très bons fondamentaux, très bonne visibilité ; en zone intermédiaire ; prime de risque peu élevée ; tendance au rebond : conserver/accumuler.


GRAPHIQUE


* TJL: accumuler/achat sur repli /
* TLAIT: conserver/
* TLS: Achat sur repli/
* TPR: très bons fondamentaux, excellente visibilité ; prime de risque peu élevée ; en zone de sur-vente à tendance baissière : conserver/accumuler/achat sur repli.


GRAPHIQUE


* UBCI: conserver
* UIB: conserver/
* WIFAK: atrès bons fon damentaux, excellente visibilité à moyen terme ; zone intermédiaire ; prime de risque très faible, tendance à la consolidation baissière : accumuler/achat sur repli/


GRAPHIQUE
* Traitement des données et diagnostic Aïda Chérif, analyste au «Laboratoire Euro- Méd. d’Analyses Economiques» www.perspeco.com
* analyse : «LE QUOTIDIEN» : http: //www.lequotidien- tn.com/
* * Tahar El Almi : tahar.elalmi@perspeco.com




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com