Afrique : L’avenir du continent au…pays du soleil levant





Plus de 20 chefs d'Etat africains se retrouveront à Tokyo du 29 septembre au 1er octobre pour une réunion cruciale sur le développement futur du continent. La troisième Conférence internationale de Tokyo sur le développement de l'Afrique (TICAD III), marque une décennie depuis que le Gouvernement du Japon, en collaboration avec l'Organisation des Nations unies et la Coalition mondiale pour l'Afrique a, pour la première fois, déployé des efforts destinés à encourager des partenariats internationaux pour le développement de l'Afrique, notamment dans le cadre de la coopération entre l'Asie et l'Afrique. La conférence examinera les progrès réalisés au cours de ces dix dernières années et annoncera de nouvelles priorités, Outre les dirigeants nationaux, la TICAD III attire un large éventail de participants des secteurs tant public que privé en Afrique et en Asie, des pays donateurs, des organisations non gouvernementales, des milieux universitaires et de la société civile. Les délibérations de Tokyo seront principalement axées sur le Nouveau partenariat pour le développement de l'Afrique (NEPAD), initiative à l'échelle du continent, formulée par les pays africains et entérinée par l’Union africaine. Les délégués à la conférence devraient adopter la Déclaration du dixième anniversaire de la TlCAD, promettant d'appuyer le principe de l'appropriation de son processus de développement par l'Afrique, d'autant plus qu'il fait partie intégrante du NEPAD, et d'œuvrer de concert en vue d'assurer une solidarité entre l'appropriation par l'Afrique et un partenariat international. En prévision de l'accord sur la Déclaration, les organisateurs de la TICAD ont déclaré - «Nous estimons que la Déclaration du dixième anniversaire de la TICAD constitue un important pas en avant en vue du développement de l'Afrique au XXIe siècle». Les co-organisateurs de la conférence, outre le Gouvernement du Japon, sont la Coalition mondiale pour l'Afrique, le Bureau du Conseiller spécial de l'ONU pour l'Afrique, le Programme des Nations Unies pour le développement et la Banque mondiale. L'Administrateur du PNUD, Mark Malloch Brown, a déclaré: «La TICAD III offre une occasion importante pour les Africains de formuler un plan d'action pour l'Afrique. Grâce à cette réunion importante, nous sommes en mesure de préparer un plaidoyer puissant et de mobiliser des ressources essentielles autour du NEPAD, et d'ouvrir ainsi un nouveau chapitre dans le développement de l'Afrique ». Les réunions antérieures de la TICAD) - la conférence inaugurale en 1993 et un deuxième rassemblement en 1998 - ont encouragé un processus suivi d'appui international en faveur de l'Afrique, ainsi qu'un cadre en vue de forger un consensus autour des priorités en matière de développement. Les initiatives nées du processus TICAD vont de l'agriculture à des industries high-tech. Un exemple révolutionnaire de la coopération Asie-Afrique a été la création du NERICA - une nouvelle forme de riz hybride à haut rendement qui associe les traits des variétés tant asiatique qu'africaine et qui aide à présent sept pays pilotes d'Afrique de l'Ouest à réaliser des économies d'un montant estimatif de 88 millions de dollars US par an sur le plan des importations. Des initiatives de la TICAD ont également encouragé la diffusion des technologies de l'information et des communications dans les pays africains, appuyées par des compétences développées en Asie. Le Secrétaire exècutif de la Coalition mondiale pour l'Afrique, Hage Geingob, a déclaré : «Pour être en mesure d'intégrer la société du savoir, l'Afrique nécessite un meilleur accès à la technologie de l'information ainsi qu'au savoir-faire. La TICAD peut nous aider à identifier les domaines et la manière de concentrer nos efforts afin d’accélérer le transfert des technologies de l'information».


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com