Secteur touristique : «Le tourisme de luxe exige des critères qui n’existent pas aujourd’hui en Tunisie»





M. Khlil Laajimi, a estimé que la Tunisie n’a pas encore les moyens qui lui permettent d’entrer en concurrence avec les destinations qui attirent les touristes haut de gamme.

Tunis-Le Quotidien
Malgré la crise, le Ministre du Tourisme a indiqué que «la Tunisie a réussi à gagner des parts de marchés au dépens des stations concurrentes», a-t-il fait remarquer. Il a par contre estimé que notre pays ne dispose pas des moyens qui lui permettent de concurrencer dans le tourisme de luxe qui nécessite des critères bien définis qui n’existent pas en Tunisie». Des critères, que le ministre n’a pas voulu citer.
Toutefois, le tourisme tunisien se porte bien. Il a pu rester performant en dépit de la crise. C’est par ce constat que M. Khlil Laajimi a voulu commencer sa conférence de presse hier au siège de l’ATCE. Le ministre a affirmé que tous les indicateurs ont maintenu leur croissance en 2008. Il a souligné dans ce sens qu’en 2008 le secteur a réalisé une croissance de 9%, en franchissant, pour la première fois, le seuil de 7 millions de touristes.
Un autre indicateur a été aussi mis en relief par le ministre, celui du revenu par nuitée qui a été également porté à 96 dinars, ce qui présente une évolution de 8%. Toutes ces performances ont été réalisées alors que l’activité est en train de perdre des points à l’échelle internationale..
Concernant 2009, le ministre a réitéré ce qu’il a déclaré auparavant : aucune visibilité. «On ne peut pas se prononcer sur les résultats que nous pouvons réaliser en 2009 vu qu’il y a un retard au niveau des réservations faites auprès des tours opérateurs» (surboobking), dit-il. Et d’ajouter, «moi, personnellement, je crois qu’il n’est pas sérieux celui qui prétend aujourd’hui savoir comment va être la saison 2009».
En mettant l’accent sur les performances réalisées par le secteur, M. Khlil Laajimi a rappelé que 2001 est toujours considéré comme une année de référence. Jusqu’à cette date, les investissements ont été orientés vers le renforcement des capacités d’accueils dans les hôtels avec la création de 5 mille nouveaux lits par an. Après 2001, la priorité était la mise à niveau des unités. La tendance de création des nouveaux lits a baissé à 2 mille lits/an.
Le ministre a aussi parlé de golf. Il a estimé que le rythme de réalisation des projets de golf programmés dans le cadre d’une stratégie visant  la promotion de ce produit est souvent ralenti par des difficultés au niveau de la maîtrise foncière des projets. «Nous avons 5 projets programmés parmi lesquels un est entré en exploitation. Pour le reste, nous avons jusqu’à aujourd’hui résolu les litiges fonciers de 2 projets tandis que les deux autres sont en cours de gestation», a-t-il.noté.


H. GHEDIRI




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com