Elargissement de l’Union europénne : Le Maghreb entre opportunités et menaces





A l’occasion du VIème Forum International de Réalités, un dîner-débat a été organisé par la Délégation de la Commission européenne en Tunisie avec la participation d’éminentes personnalités diplomatiques et économiques des pays membre de l’U.E. et des pays du voisinage. Une opportunité pour débattre des différents sujets et poser de multiples questions sur l’élargissement de l’Europe et son impact prévisible sur tous ses partenaires de l’Est et du Sud méditerranéen. Tunis - Le Quotidien L’Union européenne prépare actuellement un processus d’élargissement sans précédent dans le but de réunifier le Continent européen et de créer un grand espace d’opportunités et de perspectives pour les citoyens et entreprises européennes. L’impact de l’élargissement sur les Etats membres sera considérable, mais cet impact aura autant d’incidence sur les pays du voisinage, surtout au sud de la méditerranée. De ce fait, l’approche à suivre dans ce nouveau cadre prévoit l’application d’un instrument de voisinage approprié à toutes les frontières actuelles et futures de l’U.E. A l’inauguration du débat, Marc Pierini l’ambassadeur de la Délégation de la Commission européenne en Tunisie, a présenté le nouveau contexte que va créer l’élargissement de l’Europe et les nouveaux défis qui vont s’imposer aux pays membres et aux différents partenaires de la Méditerranée. L’Union européenne qui passera de 15 pays à 25 présentera, d’après M. Pierini,un nouvel espace relationnel dans lequel les modes d’approche de coopération et de partenariat verront leur champ de manœuvre s’étendre à 550 millions d’habitants, ce qui représente un mélange d’opportunités et de défis qui imposent un ajustement de ces modes d’approche. D’autre part, cette étendue de l’Europe dès le mois de mai 2004 à 25 pays, posera, d’après M. Ilter Turkmen, ancien ministre turque des Affaires étrangères, un problème de gestion de la «Nouvelle Europe». La difficulté de gérer cette très grande union pousse à réfléchir sur les bonnes techniques et les instruments fiables pour parvenir à bâtir une Europe forte en mesure de contrebalancer l’unilatéralisme et d’imposer un nouvel ordre économico-politique mondial. Cet élargissement de l’U.E. suscitera des nouvelles interrogations sur la position des pays du Sud de la Méditerranée. Dans ce sens, Taïeb Zahar, directeur de la revue Réalités et président du Forum, s’est interrogé sur ce que l’élargissement présente comme chances ou bien menaces pour les pays du Maghreb M. Hubert Védrine, l’ancien ministre français des Affaires étrangères a cité en exemple le cas de la Tunisie qui se positionne en tant que premier partenaire sud méditerranéen de l’U.E. M. Védrine avançait la vision de cet élargissement en le posant comme un impératif et un fait accompli historique qu’il faut accepter et pour lequel il faut chercher les formules adéquates afin de consolider la coopération entre la nouvelle Europe et le Maghreb. Le débat s’est poursuivi avec des interventions qui ont porté sur des questions allant du politique à l’économique en passant par la question de la stabilité dans le bassin méditerranéen sans oublier le rôle que doit jouer l’U.E. à l’égard du conflit au Moyen-Orient. Ce rôle qui devait être, selon certains, intervenants encore plus actif vu son impact sur la stabilité politico-économique de tous les pays de la Méditerranée. Hassen GHEDIRI


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com