Sommet de Charm el-Cheikh : Sarkozy appelle à se rassembler derrière Abbas





Un mois et demi après l'offensive israélienne à Gaza, Nicolas Sarkozy a appelé tous les Palestiniens à se rassembler derrière Mahmoud Abbas.


Le Quotidien - Agences
Le président français, qui copréside avec son homologue égyptien Hosni Moubarak la conférence de Charm el Cheikh, a demandé la réouverture permanente des points de passage entre Israël et Gaza pour acheminer l'aide aux populations meurtries par 22 jours de combats en janvier.
"Le point commun de tous ceux qui sont ici c'est que nous voulons la paix, nous voulons une paix durable", a déclaré le chef de l'Etat qui a avancé l'idée d'un sommet de relance de la paix au Moyen-Orient "dès ce printemps en Europe".
La conférence de Charm-el-Cheikh pour la reconstruction de Gaza rassemble près de 90 pays et organisations internationales. Le président palestinien Mahmoud Abbas devait y réclamer 2,8 milliards de dollars.
Elle coïncide avec la reprise au Caire des pourparlers de réconciliation interpalestiniens.
Une douzaine de factions, dont les "frères ennemis" du Fatah et du Hamas, ont mis en chantier jeudi un plan de réconciliation sur les points de nature à les rassembler après 18 mois de rupture entre Gaza et la Cisjordanie.
"La réconciliation interpalestinienne est l'une des clés de la paix, une des conditions de la création d'un Etat palestinien", a dit Nicolas Sarkozy. "Le monde veut aider les Palestiniens mais les Palestiniens doivent s'aider eux-mêmes en se réconciliant".
"Tous les Palestiniens doivent se rassembler dans ce gouvernement d'union derrière le président Abbas", a-t-il insisté, lançant un appel au Hamas, qui contrôle Gaza.
"Je dis aux pays qui ont des liens avec le Hamas : vous avez une responsabilité particulière pour exiger du Hamas qu'il rejoigne le président Abbas dont la démarche de paix est la seule qui produira des résultats", a dit Nicolas Sarkozy.
"Si le Hamas veut être respecté, il doit avoir une position respectable. La position respectable, c'est de considérer qu'il n'y a pas d'autre solution qu'une solution politique avec Israël", a-t-il souligné.


«Prison à ciel ouvert»
"Shalit est pour la France un compatriote. Nous n'accepterons jamais que sa vie soit mise en danger. Sa libération en échange de celle de plusieurs centaines de prisonniers palestiniens est une priorité", a dit Nicolas Sarkozy.
Le président a demandé la réouverture des points de passage à Gaza pour acheminer l'aide. "Gaza ne doit plus être une prison à ciel ouvert", a-t-il souligné.
En répondant à l'invitation de Hosni Moubarak, qu'il rencontre pour la cinquième fois depuis le début de l'année, Nicolas Sarkozy a confirmé l'importance que la France accorde à l'Egypte dans le règlement des crises dans la région.
Le président s'était déjà rendu à Charm el Cheikh pour finaliser le cessez-le-feu à Gaza après avoir conçu, les 5 et 6 janvier au Caire, toujours avec Moubarak, un plan franco-égyptien pour mettre fin à l'opération israélienne.

Ban Ki-moon : Pour un cessez-le-feu durable

Le secrétaire  général de l'ONU Ban Ki-moon a déclaré hier à Charm el-Cheikh que la reconstruction de Gaza nécessitait un cessez-le-feu durable  dans l'enclave palestinienne. 
 "En ce qui concerne la reconstruction de Gaza, cette  fondation doit être un cessez-le-feu durable", a indiqué Ban. 
"Nous devons réfléchir de façon détaillée" pour discuter de  l'économie palestinienne et de la reconstruction de Gaza, a  affirmé le chef de l'ONU, en soulignant que la situation à Gaza  demeurait fragile. 




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com