Proscenium





Jeunes créateurs à vos …tréteaux
Rendez-vous avec les «Jeunes créateurs» du 20 au 28 mars !  Vous ne serez qu’enchantés. C’est l’occasion que nous offre Hamadi Mezzi qui, contrairement à certains programmateurs, ouvre les portes de son espace de la Maison de la culture Ibn Rachiq à toutes les imaginations. Pourvu que cela ait le label d’une œuvre artistique. C’est normal.  Et que ça soit bien corsé  et que ce soit créatif ! C’est chose faite. Parce que cette fois il nous donne à voir des pièces de bonne facture mises en scène par des jeunes créateurs. Et qui dit théâtre de jeunes ne veut pas dire forcément jeune théâtre car Chadly Arfaoui, Ghazi Zaghbani, Hafedh Khelifa, Naçib Barhoumi, Hatem Maroub, Kamel Kaabi et Tahar Radhouani qui nous représenteront leurs dernières créations ont fait du chemin sur les planches et ils poursuivent toujours leur petit bonhomme de chemin.


* Journées du théâtre scolaire et francophone
Des journées pas comme les autres. Certainement. Parce qu’elles sont dédiées à l’art tel qu’on aime le voir et le savourer sur les planches. C’est ce que nous réserve l’Association tunisienne pour la pédagogie du français, notamment le bureau de Ben Arous qui  organise les 14 et 15 mars, en collaboration avec le bureau de l’association de Bizerte, «Les journées du théâtre scolaire et francophone». Sur les planches du Centre culturel universitaire Houcine Bouzaiène on nous donnera à voir neuf pièces de théâtre dans la  langue française. L’invité d’honneur de la manifestation est l’artiste Adnène Hlali qui présentera sur la scène du théâtre son œuvre «Zengra», une adaptation d’un texte de Brel. Rappelons que depuis 1989, l’Association tunisienne pour la pédagogie du français et ses bureaux régionaux dispatchés dans quasiment tous les gouvernorats du pays n’a fait que présenter, sans interruption, des manifestations qui ont pour but de faciliter l’accès à  la langue française dans les milieux scolaires et universitaires en passant par l’oral, surtout que, nous confie M. Ahmed Ben Salah, un membre actif de l’association, «L’oral est le parent pauvre de l’enseignement et de la pédagogie officielle».


* «Sahertou», à la MC Ibn Rachiq
Chadly Arfaoui choisit de travailler sur un classique de la littérature tunisienne, «Sahertou minhou layali» de Aly Douagi. Sur scène, Chakra Rammah et Moez Ghdiri, les deux  protagonistes de la pièce qui campent les rôles d’un couple qui s’aime d’un amour ardent. Ils se retrouvent, seuls, dans un endroit miteux pour se parler. Le dialogue qui en ressort reflète les peurs et les angoisses liées au passé de ces deux personnages qui se confessent.
Chadly Arfaoui  qui adapte pour le théâtre la nouvelle «Le trésor des pauvres» a pu saisir un couple amoureux dans toute sa complexité émotionnelle, intellectuelle et charnelle. L’œuvre traversée de bout en bout par le souffle brûlant de l’éternel Amour garde, par ailleurs, toute son actualité. Une pièce à voir le 20 mars à 19h à la Maison de la culture Ibn Rachiq.


M.B.G.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com