Selon le rapport de la BCT : Quand la consommation d’électricité va, l’entreprise va !





La balance d’énergie primaire s’est soldée, en 2002, par une augmentation modérée de 1,4% de son déficit qui a atteint environ 410 mille tonnes d’équivalent-pétrole (tep), contre un excédent de 194 mille tep en 2000. Toutefois, la croissance du secteur s’est consolidée, atteignant 4,9% en termes réels contre 1,4% en 2001. Cette croissance a été, en effet, remarquable notamment dans le secteur de l’électricité. La production électrique nationale s’est accrue, en 2002, de 3,9% contre 7,5% l’an passé, totalisant 11,3 milliards de KWH dont 9,8 milliards fournis par la Société Tunisienne de l’Electricité et du Gaz (STEG). Selon le rapport annuel de la BCT, la baisse du niveau produit par la STEG de 1,5 milliard de KWH ou de 15,5% a été largement compensée par l’augmentation de la production indépendante privée (IPP) qui s’est élevée à 2,1 milliards de KWH contre 0,2 milliard en 2001. La volume d’électricité d’origine thermique, qui représente l’essentiel de la production de la STEG, a régressé de 15,8% pour se situer à 8,2 milliards de KWH. En revanche, les productions électriques d’origine hydraulique et éolienne, assurées par cette société, ont continué à s’accroître pour s’élever à 64 millions et 30 millions de KWH, respectivement. La quantité totale de combustibles utilisés pour la production d’électricité s’est élevée à 2,6 millions de tep, niveau quasi-identique à celui de 2001, dont environ 407 mille tep ont été consommées au titre de la production indépendante. Pour la STEG, le combustible de base reste le gaz naturel qui a été utilisé à concurrence de 97% environ. L’utilisation du fuel-oil, qui porte sur de faibles quantités, a concerné la centrale de La Goulette pendant la saison estivale et celle de Radès comme substitut au gaz naturel pendant une période limitée. Quant au recours au gaz-oil, il reste marginal et ne se fait qu’en cas de secours ou pour des essais dans les turbines à combustion. La consommation nationale d’électricité s’est accrue de 3,7% en 2002 contre 6,9% l’année précédente, pour atteindre près de 10 milliards de KWH, dont 6,2% milliards au titre de la haute et la moyenne tensions et qui ont été utilisés à concurrence de 6,8% par le secteur industriel, en particulier les industries des matériaux de construction avec plus d’un milliard de KWH. Quant à la consommation de basse tension, elle a continué à croître à un rythme soutenu, soit 7% contre 6,1% un an plutôt, pour s’élever à 3,8 milliards de KWH, en rapport avec l’accroissement du nombre des abonnés qui est passé de 2,312,424 au terme de 2001 à 2,417,775 à la fin de 2002, améliorant ainsi le taux global d’électrification du pays de 0,6 point de pourcentage, pour s’élever à 96%.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com