la Tunisie dans le monde : 58e producteur de pétrole





Selon le rapport du World Factbook, la Tunisie figure au 58e rang au niveau du classement des pays producteurs de pétrole dans le monde.
Compte tenu de sa petite taille et de ses caractéristiques géologiques, la Tunisie est connue comme un pays à production relativement faible de pétrole. Ce pendant sa principale caractéristique est qu’elle est à la fois importatrice et exportatrice des produits pétroliers.
En raison de la flambée des prix du pétrole qui incite à l'exploration et l'exploitation, des gisements jugés marginaux auparavant ont été développés, ces dernières années, et de nouvelles découvertes pétrolières ont été obtenues. Entre 2000 et 2007, plus d’une dizaine de nouvelles découvertes ont été enregistrées dont la plupart sont entrées en production. Les efforts accomplis en matière de prospection pétrolière ont permis de réaliser ces dernières années un record d'attribution de nouveaux permis.
Ainsi, selon des statistiques officielles, la production de pétrole brut s’est accrue de 39,5% en 2007, pour atteindre 4,6 millions de tonnes ou l’équivalent de 34,6 millions de barils, soit une production moyenne de 94.720 barils par jour. Sa part dans les ressources énergétiques nationales s’est élevée à environ 62% contre 52% une année auparavant.
 Cette progression importante s’explique principalement, par l’apport appréciable des gisements de Didon et Oudhna et par l’accroissement soutenu du volume produit par le gisement Adam-Hawa-Dalia. A l’inverse, la production du gisement d’El Borma, qui était le plus important auparavant, a continué à régresser, pour revenir à 438 mille tonnes (9,6% de la production totale contre plus de 40% il y a 15 ans), sous l’effet de l’amenuisement des réserves
La consommation d'énergie de la Tunisie, de 7,4 millions de tonnes en 2004, augmente d'environ 6% par an. Le déficit, estimé à 500.000 tonnes. Pour faire face au manque de découvertes, la Tunisie a accordé une quarantaine de permis pétroliers répartis sur l'ensemble du territoire, à raison de six par an depuis 2005. Du coup, les budgets alloués à l’exploration sont passés de 100 millions de dollars par an à 150 millions dollars pour l’année 2005. Fin 2005, on comptait 41 permis, -dont 26 onshore-, exploités par 31 compagnies pétrolières étrangères.


Des importations bien plus importantes que les exportations
Pour ne prendre que l’exemple des produits pétroliers raffinés, la Tunisie demeure largement déficitaire avec 821 000 tonnes exportés et 2916 mille tonnes importées en 2007, selon les statistiques de la Société Tunisienne des Industries du Raffinage (STIR).
Selon la même source, la Tunisie a importé, en effet en 2007, 411 000 tonnes de GPL, 238 000 tonnes d’essences, 221 000 tonnes de Jet A1, 1255 mille tonnes de Gas Oil, et 791 000 tonnes de Fuel Oil.
Les exportations de la Tunisie en produits pétroliers raffinés, englobe essentiellement le Virgin Naphta avec 628 000 tonnes exportées en 2007, et le Résidu Atmosphérique avec 193 000 tonnes.


M.Z.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com