EN BREF…





* Hors coup… mentalement !
C’est à la suite d’une plainte déposée par une jeune femme, habitant une cité de la banlieue sud, qu’il a été procédé à l’arrestation du suspect, finalement accusé de tentative d’homicide volontaire suivie du délit de vol. Le jour des faits, en effet, le jeune homme est allé frapper à la porte de la victime, laquelle lui a ouvert sans la moindre appréhension, croyant qu’il s’agissait d’un proche.
Mais quelle ne fut sa surprise lorsqu’elle est tombé nez à nez avec un inconnu. Sans crier gare ce dernier l’aurait alors attaquée essayant dans un premier temps de l’étrangler à l’aide d’une cordelette dont il s’est muni pour les besoins de son forfait. La voyant s’affaisser, il l’a alors enjambée pour s’introduire dans la maison et s’emparer rapidement d’un portable et de deux cents dinars, avant de détaler à toute vitesse.
Une fois revenue à elle, la femme est allée déposer plainte, fournissant dans la foulée une description détaillée de l’assaillant. Passé une première fois en jugement, l’agresseur a été condamné à vingt ans de prison ferme. Or, non content du verdict, il allait interjeter appel et comparaître une nouvelle fois devant la Cour ces derniers jours. Seulement, le jour de l’audience, il a surpris le juge, et même son avocate, en sollicitant d’entrée l’ajournement de l’affaire à une date ultérieure, sous le prétexte qu’il n’était pas prêt…mentalement pour soutenir un interrogatoire !
Après délibération, la Cour a jugé utile de renvoyer l’affaire, en attendant que l’inculpé soit en mesure de se défendre…


* Elle s’empare du chéquier de son amie de classe !
Lorsque la jeune étudiante est allée à la banque pour retirer de l’argent, elle a été surprise de ne trouver que…dix dinars, du moment qu’elle était convaincue qu’elle en avait beaucoup plus. Elle a cru, tout d’abord, à une erreur, ne manquant d’ailleurs pas de solliciter une entrevue avec le receveur de l’agence pour mettre les choses au clair.
Or, le responsable de l’agence allait lui confirmer que son compte ne contenait effectivement que la petite somme de dix dinars seulement, lui donnant de surcroît la preuve qu’elle avait retiré quelques jours plus tôt la somme de quatre cent cinquante-cinq dinars.
C’est ce dernier renseignement qui allait mettre la puce à l’oreille de l’étudiante et accuser carrément sa compagne dans la chambre qu’elles occupent toutes les deux au foyer. Aussi, n’a-t-elle pas hésité un moment pour porter plainte tenant à poursuivre son amie en justice. Arrêtée, celle-ci s’est effondrée du premier coup, avouant avoir subtilisé un chèque, ainsi que la carte d’identité de sa co-locatrice afin de retirer ladite somme.
Traduite récemment en jugement, elle a écopé de huit mois de prison, assortis cependant du sursis, d’autant qu’entre-temps son amie a retiré sa plainte…


M.A.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com