E.S.S. – S.T. (3-0) : La sérénité de l’Etoile





Les Sahéliens ne s’y attendaient peut-être pas. Face à un pâle ST, ils ont fait cavalier seul et remporté une victoire nette et incontestable. Dans un camp, les bons résultats des derniers matches avaient de quoi redonner l’envie de jouer et la confiance aux joueurs. Dans l’autre, on commence à douter et la fin de saison semble très difficile pour les joueurs et leur staff technique.
Sur le terrain, on a eu à le constater dès le coup d’envoi avec une ESS déterminée à gagner et à confirmer son retour au premier plan, face à un adversaire qui était venu à Sousse pour limiter les dégâts. La suite fut des plus logiques d’autant plus que l’Etoile n’a pas mis beaucoup de temps pour mener au score et prendre les rênes du match. Le but réussi par Abdennour, sur balle arrêtée, a libéré les siens qui ont continué de plus belle sans rien lâcher à un adversaire mal en point. On s’attendait à une réaction stadiste, mais les quelques essais individuels de Jedidi ne suffisaient pas pour inquiéter l’arrière-garde sahélienne. Le second but, réussi par Bukari, encore une fois sur balle arrêtée, est venu confirmer la supériorité des uns et l'égarement des autres.

En cavalier seul
La reprise a été presque similaire et l’Etoile, seul maître sur le terrain, n’a pas éprouvé la moindre difficulté pour continuer à dominer les débats. Les changements opérés par Ben Belgacem ne pouvaient plus changer le cours d’un match contrôlé de bout en bout par l’adversaire. Du côté du club du Bardo, cette piètre prestation, confirmée par un troisième but étoilé signé… Ziadi, donne à réfléchir. Les choix tactiques et le choix des hommes capables de faire mieux, étaient-ils les meilleurs ? Face au Stade Malien, le malaise stadiste était déjà là et la large défaite de Sousse est venue le mettre en évidence. Les joueurs eux-mêmes en sont conscients et Wissem Naouali, leur capitaine, l’admet: «Nous avons très mal joué face à un adversaire déchaîné. Pourtant, nous nous sommes bien préparés, mais la réalité du terrain était autre. Je suis très déçu, mais nous devons nous remettre à travailler et à corriger nos lacunes pour faire mieux, surtout au match retour à Bamako en Coupe de la CAF. Nous en sommes capables à condition de savoir réagir».
Dans le camp adverse, l’euphorie était de mise. L’Etoile n’a pas seulement gagné un match contre un adversaire redoutable sur le papier, mais elle a également convaincu. Il semble que Rohr a trouvé la meilleure formule pour les trois compartiments du jeu. Il a su redonner le goût de jouer à Ziadi, Touniche, Bukari… Les joueurs ont adhéré à ses choix et ça ne peut que marcher très fort. Cette victoire va installer davantage de confiance à une phase très sensible de la saison, comme l’affirme Belgacem Touniche «Nous sommes en progression d’un match à l’autre et de telles victoires sont très précieuses et utiles pour le moral. Nous sommes sur une courbe ascendante, mais il ne faut pas s’arrêter en si bon chemin. En championnat, nos chances sont intactes et il faut bien préparer notre prochain match en League des champions. Avec une telle application et un mental aussi fort, l’Etoile est capable de tous les exploits».
En effet, l’ESS a consolidé sa seconde place en attendant ses trois dernières sorties qui n’auront rien de promenades de santé. Pour le ST, la situation n’est pas très alarmante, mais ce qui fait peut-être mal, c’est que cette équipe est, de loin, capable de mieux faire.


Kamel ZAÏEM




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com