Médecins spécialistes libéraux : Division autour de la signature de la convention sectorielle avec la CNAM





La signature de la convention sectorielle régissant les rapports entre  les médecins spécialistes et la CNAM ne fait pas que des contents.
Après plus de trois années d’atermoiements, la convention sectorielle régissant les rapports entre  les médecins spécialistes de libre pratique  et la CNAM a été  signée lundi dernier. Cette convention  qui détermine, entre autres,  les honoraires des praticiens, ne fait pas, toutefois, l’unanimité au sein du Syndicat tunisien des médecins spécialistes libéraux (STMSL).
Dans une lettre adressée au ministre des Affaires Sociales, de la Solidarité et des Tunisiens à l’Etranger, la commission administrative du syndicat représentant les médecins spécialistes a  déploré la «mise à l’écart des structures légales» lors de la signature de la convention. Cette dernière a été en effet ratifiée par le Dr. Ali Jebira, secrétaire général du syndicat déchu  en juillet 2008 par la commission administrative du syndicat, laquelle avait procédé durant le même mois à l’élection d’un nouveau bureau exécutif et d’un nouveau secrétaire général. «La commission administrative regrette le fait qu’elle ait été tenue à l’écart de la signature de la convention sectorielle malgré ses efforts constants pour aboutir à un accord consensuel avec le ministère des Affaires sociales au sujet de la réforme de l’assurance maladie et obtenir l’adhésion convaincue des médecins spécialistes, seul garant de la réussite à long terme de ce projet Présidentiel», a indiqué la commission administrative dans son courrier signé par le Dr Faouzi Charfi, nouveau secrétaire général du syndicat. Et d’ajouter : «Nous restons persuadés que la signature de cette convention par une personne non représentative du STMSL et contestée par sa base, ne pourra que semer le trouble dans l’esprit des médecins spécialistes, recueillir leur désapprobation et compliquer leurs relations avec la CNAM, par la mise à l’écart de la structure légale qui les représente».


Divergences
Créé en janvier 2006 en pleines négociations sur le nouveau  régime d’assurance-maladie sur fond d’un «conflit d’intérêt» entre généralistes et spécialistes, le syndicat tunisien des médecins spécialistes libéraux a contesté depuis plus de trois ans de nombreux points figurant dans la convention sectorielle signée et rompu le dialogue avec la CNAM. Il s’agit notamment du passage obligé par le généraliste avant toute consultation chez le spécialiste, qui constitue selon le syndicat,  une «entorse au code de déontologie médicale» préconisant le libre choix du médecin par le patient. Les médecins spécialistes, qui représentent 52% du total des médecins libéraux et assurent 80% de l’enveloppe de soins dans le secteur  privé avaient, par ailleurs, formulé des réserves sur la tarification et le mode de paiement.
Certains d’entre eux, dont le secrétaire général déchu du syndicat, ont toutefois repris langue avec la CNAM, avant de signer la convention, objet de litige.


Walid KHEFIFI




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com