Dévalisé dans sa boutique !





Décidément, le culot des malfrats n’a vraisemblablement plus de limite! En témoigne la présente affaire.


Tunis-Le Quotidien
Comme à son habitude, le gérant de cette boutique, située à Gammarth et spécialisée dans la réparation et la vente des accessoires des portables, a levé les stores métalliques peu avant neuf heures. Certes, les affaires n’étaient pas si florissantes que ça, mais il n’a jamais, à plus de quarante-cinq ans, dévié de ses habitudes. Les temps sont durs, d’autant que ce pauvre père de famille avait une mère, une épouse et trois enfants à nourrir.
Lundi dernier, il se sentait d’aplomb, surtout qu’il a eu droit, une fois n’est pas coutume, à un week-end prolongé, mettant à profit les fêtes de l’Indépendance et de la Jeunesse. Il s’attendait apparemment à une bonne journée, autrement dit à une bonne affluence, comme c’est le cas au lendemain de tout congé.
Or il était apparemment écrit dans le ciel que cette journée du lundi ne serait pas comme les autres, une terrible et non moins éprouvante mésaventure l’attendait. Peu après neuf heures, deux individus ont en effet fait irruption dans le magasin, l’un d’eux s’emparant d’un portable posé sur le comptoir, au moment où le second prenait possession d’un PC trônant également sur le comptoir.
Malgré l’effet de surprise, le gérant eut la présence d’esprit, étonnante, de réagir très vite en essayant de retenir l’un des deux assaillants, mais ces derniers étaient pour leur part décidés à aller jusqu’au bout de leur entreprise, dans ce sens que l’autre se trouvant libre de ses mouvements n’a pas hésité à brandir un couteau et agresser le pauvre gérant, l’obligeant ainsi à lâcher prise. Les deux malfaiteurs n’ont pas attendu longtemps pour déguerpir en vitesse à bord d’une bagnole qui les attendait moteur en marche, laissant le malheureux bonhomme baignant dans son sang !
Il n’a pas tardé cependant à être secouru, parvenant ainsi, malgré son état, à narrer les faits aux enquêteurs venus prendre sa déposition et donner dans la foulée une description détaillée de ses deux agresseurs. Ceci allait faciliter énormément la tâche des enquêteurs qui sont parvenus à appréhender les agresseurs le jour même, récupérant au passage le portable, le PC, ainsi que la voiture, qu’ils ont avoué avoir volée du côté d’El Omrane. Un délit de plus ou de moins…


Mansour AMARA




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com