Séquestrées puis «livrées» aux clients !





Tunis-Le Quotidien
Un calvaire qui n’a duré certes que quelques jours, mais qui ont paru une éternité pour les victimes !
Des clients qui défilaient du matin au soir et, pour celles qui essaient de se rebeller, un supplice supplémentaire avec des coups qui pleuvaient de toute part. Les trois filles de joie ont dû ainsi vivre des moments très difficiles, un véritable calvaire !
Tout a commencé lorsque deux copains originaires d’une ville du Nord sont venus dans la capitale «épingler» trois filles de joie, qu’ils ont d’ailleurs invitées à les accompagner chez eux moyennant une belle «dot», en tout cas une somme rondelette qui a fait littéralement saliver les trois jeunes filles habituées à entendre parler de telles sommes, sans parvenir le plus souvent à en voir la couleur !
Pour elles, c’était l’aubaine à ne rater sous aucun prétexte, ce qui explique qu’elles ont accepté l’invitation sans la moindre hésitation pour se retrouver, quelque temps plus tard, à une soixantaine de kilomètres de la capitale en compagnie de leurs deux charmants princes, bientôt rejoints par un troisième compagnon venu prendre sa part du gâteau. Cette première soirée fut très longue pour les trois filles, lesquelles en ont vu certes de toutes les couleurs, mais ce n’était rien comparé à ce qui les attendait par la suite !
Elles s’attendaient, en effet, à être grassement payées en retour, sinon à être remerciées pour leur prestation, avant d’être ramenées dans leur base, ou disons à leur point de départ, mais qu’elle ne fut grande leur surprise quand elles ont appris que leur «séjour» serait prolongé. Elles ont, bien entendu, essayé de rouspéter, mais le ton employé par leurs «hôtes» allait les en dissuader.
C’était désormais parti pour le calvaire, l’espace de quelques jours au cours desquels elles en ont vu des vertes et des pas mûres. Ne se contentant plus d’assouvir leurs instincts, les trois amis auraient mis dans la confidence d’autres connaissances, venus toutes goûter aux charmes des trois captives obligées de satisfaire toutes les exigences des «clients», et gare aux moindres signes de rébellion qui sont sévèrement châtiés !
Il fallait bien cependant que les tortionnaires vaquent souvent à certaines affaires, ce qui donnait non seulement un moment de répit aux jeunes filles, mais également l’opportunité de faire la belle. Du moins pour l’une d’elle qui a fini par prendre un jour son courage à deux mains afin de s’éclipser et rallier directement le poste de police le plus proche pour donner l’alerte et narrer entre deux sanglots son incroyable histoire.
Aussi, en rentrant ce jour-là, les trois jeunes hommes ont-ils trouvé un comité d’accueil pour les inviter à leur tour à passer un agréable séjour derrière de solides barreaux…


Mansour AMARA




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com