E.N. : Quels atouts pour gagner à Naïrobi ?





Coelho n’arrête pas de dire que son équipe ira chercher la victoire à Naïrobi. Mais pour y parvenir, va-t-il miser sur ses atouts offensifs ou… défensifs ? En football, le meilleur atout c’est le parfait équilibre d’une équipe dans ses trois compartiments qui lui permet de défendre et d’attaquer avec la même efficacité. Pour revenir aux Aigles de Carthage, la victoire sera en point de mire, car elle ouvrira grandes les portes de la qualification. Humberto Coelho en est conscient et lors de son dernier point de presse, il a, encore une fois, affirmé que ses protégés viseront les trois points de la victoire à Naïrobi.
Face à une mystérieuse équipe kenyane, qui peut à tout moment souffler le chaud et le froid, les Nôtres vont-ils adopter une tactique offensive avec des consignes claires pour monter, presser haut et attaquer ? Les propos de Coelho ne vont pas totalement dans ce sens car il ne cesse de parler d’équilibre, de bloc d’animation et de vitesse dans le jeu. En parcourant la liste des joueurs appelés à disputer ce match, on comprend qu’une priorité a été accordée à la ligne défensive. Sur ce plan, Coelho n’a pas pris de risques et il a tout prévu pour avoir en main toutes les solutions défensives possibles. Alors, pourquoi parle-t-il d’attaque et de victoire ? Pour le sélectionneur national, le match peut connaître plusieurs périodes et il tient à ce que son équipe tienne le coup durant la première mi-temps avant d’oser passer à l’attaque à la reprise. C’est un coup classique dans un tel contexte mais il ne marche pas à tous les coups. Lorsqu’on laisse l’initiative à l’adversaire, on peut courir le danger d’encaisser des buts et de faire douter les défenseurs qui ne peuvent subir la pression adverse pendant tout le match.
Optera-t-il, alors, pour le pressing, haut et continu, pour éloigner le danger ? Là, encore, le risque est réel car lorsqu’on joue en altitude, on ne peut soutenir le même rythme durant tout un match et chaque joueur aura à doser ses efforts pour bien terminer la rencontre. A première vue, les Aigles de Carthage vont jouer avec trois récupérateurs, comme ce fut le cas contre les  Pays-Bas en amical il y a un mois et demi. Ce ne sera pas une mauvaise idée à condition de leur donner des consignes pour aller soutenir  la ligne avant en phase offensive ou lors du déclenchement des contres. C’est peut-être cet atout là, à la fois défensif et offensif qui fera la décision. Coelho a été content de la prestation des siens face aux Hollandais et il y a de fortes chances de revoir la même tactique à Naïrobi. Toutefois, comme il l'a déjà affirmé, l’équipe a encore besoin de vitesse et de rythme. Ça n’a pas été le cas en amical, mais dans un match où la motivation ne manquera pas, nous pouvons nous attendre à voir les Aigles de Carthage faire preuve de plus de vivacité et de lucidité.

Kamel ZAÏEM

Coelho confiant et méfiant !

Coelho reste confiant quant aux possibilités de ses joueurs.Mais, la méfiance est aussi de mise chez le sélectionneur national.
Juste après la séance de mercredi après-midi Humberto Coelho a regagné la salle de conférence du complexe 7 Novembre de Midoun pour tenir son point de presse auquel n’avait assisté que l’attaché de presse de la FTF.
Coelho a tenu à remercier les Djerbiens par l’accueil chaleureux qui leur a été réservé. “Nous avons bien travaillé dans de très bonnes conditions en un temps très réduit l’ambiance a été sereine, il faut positiver, je suis bien satisfait de ce stage” avant d’ajouter: “Je compte toujours sur le travail collectif. Il nous faut jouer à un rythme élevé. Il n’y a plus de match facile”. A propos de son idée sur le Kenya. Coelho a déclaré :“Nous avons visionné ses deux matches contre la Guinée et l’Egypte c’est une bonne équipe qui joue parfaitement le bloc et les contres avec des avants très rapides. En plus leur entraîneur a travaillé  en Tunisie (NDLR: l’USM) il a certainement une idée très claire  sur le football tunisien. Pour ce match il s’est contenté de déclarer que seul le jeu collectif “quand on n’a pas le ballon on est 11 défenseurs lorsqu’on est en sa possession on est 11 attaquants”.
Coelho nous a bien confirmé que tous les joueurs sont prêts pour ce rendez-vous à l’exception de Lassaâd Nouioui, qui a regagné Djerba en 3 étapes, ayant eu des bobos de santé, au dernier moment, contrairement à Jemaa qui est en parfaite santé. Coelho pense certainement à Ghariani puisqu’il a prononcé son nom involontairement en disant “Jemaa et Ghariani sont en forme “.

S.F.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com