Demain 1er avril : Attention, le poisson pourrait vous coûter cher !





Autrefois rendez-vous inévitable de tous les canulars, le «Poisson d’avril» a perdu de sa superbe. On n’a plus le cœur à la blague… Tous ceux âgés de 50 ans et plus vous le diront: le 1er avril était une journée attendue par tous, grands et petits, comme le rendez-vous annuel à ne pas manquer. Farces et attrapes en tous genres étaient au menu pour faire une bonne blague à ses amis et rire un bon coup. Il fallait pour cela deux conditions. D’abord, l’imagination afin d’éviter méchanceté et vulgarité qui pouvaient blesser -au propre ou au figuré- la victime du canular. Ensuite, il faut s’y prendre tôt le matin pour pouvoir disposer suffisamment de temps et réparer tout possible désagrément, en expliquant qu’il ne s’agissait que d’une blague.
Aujourd’hui, le 1er avril semble avoir perdu de sa superbe. Les gens se font de moins en moins de blagues. D’autres ont oublié jusqu’à l’existence du fameux «poisson d’avril». Comment expliquer cette désaffection ?
Pour Salah Lajimi, sociologue, plusieurs hypothèses peuvent être avancées. La première serait liée à «une augmentation de la morosité des gens qui auraient ainsi perdu le goût de la plaisanterie». Ce n’est certes pas la sinistrose mais il est évident que l’on ait de moins en moins envie de blaguer. Même les égyptiens, connus pour leur «nukta» légendaire, sont touchés par cette morosité. Il faut dire que les nouvelles qu’on reçoit à longueur de journée concernant la situation dans le monde arabe n’encouragent pas forcément à la rigolade. L’autre hypothèse, selon M. Lajimi, porte sur «les risques devenus énormes et les dégâts incalculables que peuvent provoquer aujourd’hui un canular mal calculé ou sciemment malveillant. Les enjeux sont, contrairement au passé même récent, très lourds et peuvent mener à de graves incidents».
«On pourrait ajouter à cela, pousuit notre interlocuteur, l’état de stress dans lequel se trouve la majorité des gens qui face aux  problèmes qui les assaillent quotidiennement n’ont plus le cœur à la plaisenterie».
En fait, pour réussir un bon «poisson d’avril», il faut des ingrédients de qualité, de l’habileté et une bonne dose d’innocence. Le problème, c’est que l’innocence est devenue rare et personne n’est prêt à accepter de passer pour un crédule. La société tunisienne a changé !

Larbi Ben Mohamed

Les plus célèbres canulars

1914: Le salon de peinture des Indépendants de Paris accueille un tableau intitulé «Coucher de soleil sur l’Adriatique». Il suscite d’élogieuses critiques jusqu’à ce que Roland Dorgelès et ses amis ne révèlent la supercherie: la toile avait été barbouillée par un âne à la queue duquel on avait attaché un pinceau.
1992: Une radio publique nationale américaine annonce que Richard Nixon est candidat à l’élection présidentielle. Son slogan de campagne: «Je n’ai rien fait de mal, je ne recommencerai pas».
2000: Le quotidien sportif portugais Abola publie un article selon lequel l’UEFA a décidé de retirer l’organisation de l’Euro 2004 à son pays. Un traumatisme pour des milliers de lecteurs…
2002: Le site internet canadien Bourque Newswatch annonce le départ du ministre des Finances, Paul Martin. Repris par le bulletin financier britannique The Gartman Letter, la nouvelle aurait fait perdre 32 cents au dollar canadien.

Une pratique planétaire

Si le «Poisson d’avril» est passé dans les habitudes tunisiennes par le contact avec la culture française, il n’en est pas moins vrai que la tradition du 1er avril n’est pas propre à la France, mais est pratiquée à l’échelle planétaire. Vol au-dessus d’un poisson d’avril mondial.
Angleterre et Etats-Unis: C’est l’«April Foll’s day», c’est-à-dire le jour des fous d’avril.
Allemagne: on dit «Aprils-cherz!». Au moment de faire sa blague ou juste après pour faire comprendre qu’il s’agit juste d’une blague. Même procédé au Pays-Bas. En Allemagne cependant, les historiens font remonter cette tradition du 1er avril jusqu’en 1631. Le poisson d’avril serait-il d’origine allemande ?
Ecosse: C’est le Gowk, une coutume qui veut que chacun mette un bon coup de pied dans les fesses d’un ami…
Inde: Le poisson d’avril indou se nomme Huli et a lieu le 31 mars, donnant lieu à toutes sortes de blagues.
Inde: La tradition se limite à l’unique tour consistant à dérober le bien d’un ami. Celui aura en échange des bonbons et un petit mot lui indiquant qu’il s’est fait avoir.
Monde arabe: La tradition du poisson d’avril est étrangère au pays du monde arabe. Seul dans la région maghrébine où, sous l’influence culturelle de l’ancien colonisateur, cette pratique semble subsister inégalement d’un pays à l’autre.

Une tradition très vieille

Deux hypothèses sont avancées pour expliquer l’origine du 1er avril. La première, celle du changement intervenu sur le jour de l’an qui était jusqu’en 1564 fêté le 1er avril. Quand on décida de le fêter le 1er janvier, les gens se trouvèrent désemparés quand arrivait le 1er avril. Blagues, canulars et autres farces prirent alors la place des anciens vœux et cadeaux. La seconde, est due aux récents résultats des recherches de certains historiens qui lient la pratique du 1er avril à une des traditions grecques datant de quelques siècles avant Jésus-Christ. On célébrait alors le Dieu du rire pendant une journée, avec l’arrivée du printemps.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com