Proscenium





Damascus au 4e art


Tout l’univers d’un Damas de soie rouge est à découvrir dans la pièce «Damascus» concoctée par le British Council. Combattre les a priori et les partis-pris, tel est l’objet de cette œuvre théâtrale écrite par David Greig. «Damascus» s’attaque à une société qui a du mal à se défaire du poids des préjugés tenaces implantés dans les esprits. C’est ce qui ressort de l’histoire de Paul qui se retrouve à Damas dans le but de promouvoir son manuel sur l’enseignement de la langue anglaise. Au fil des rencontres avec des Damasquais le personnage protagoniste est confronté aux mentalités des uns et des autres pas toujours facile à gérer. La pièce a déjà entamé sa tournée pendant les mois de mars et avril en Egypte, en Syrie, au Liban, en Jordanie, en Tunisie et prochainement en Palestine. La tournée est produite par le British Council avec le concours du ‘‘Traverse Theatre Edinburgh’’ et par Michael Edwards et Carole Winter. L’action de la pièce se déroule dans un petit hôtel et nous offre le luxe d’une visite guidée à travers les rues et les ruelles d’une vieille ville fascinante.
«Damascus» est programmée pour le 3 avril 09 au 4e Art à 19h30 et sera suivie d’un débat. Le 4 avril, à l’Institut des Arts Dramatiques la pièce sera discutée entre des spécialistes du métier, des critiques et des journalistes, de 10h à 16h.


«Le fou» à El Teatro

«Le fou» de Taoufik Jebali, d’après le texte de Gibrane Khalil Gibrane, production d’El Teatro 2002, sera rejoué et revu toujours avec le même engouement par un public avide de théâtre. Ce sera ce vendredi 3 avril. La pièce renoue encore une fois avec des artistes qu’on revoit sur scène avec le même plaisir. Elle nous renvoie à notre condition d’hommes aux visages de l’épouvante en jetant un regard concerné et essentiel sur l’évolution psychologique de l’homme «civilisé». Dans cette société l’homme est contraint de supporter le poids des traditions obsolètes et de balancer entre malheurs et peurs… Le tout est traduit dans cette pièce par des danses, des musiques et des mises à nu des personnages qui mettent bas leurs masques. La folie devient la seule voie passante pour s’en libérer et pour renverser l’ordre établi. On retrouve son équilibre dans une sorte de folie raisonnante. C’est ce que nous présentent Taoufik Jebali et son équipe. A savoir, Chakra Rammah, Slim Kamoun, Ines Mhalla et Rakia Bouayed. Les voix off reviennent à Taoufik Jebali, Hend R’haiem, Chakra Rammah, Dorra Zarrouk et Nidhal Guiga.
«Et dans ma folie, j'ai retrouvé à la fois ma liberté et ma sécurité; la liberté d'être seul et la sécurité de n'être pas compris. Car ceux qui nous comprennent volent quelque peu de notre liberté», disait Gibrane Khalil Gibrane qui parle de sa folie comme d’un parcours initiatique pour se libérer du poids des maux qui pèsent sur lui. Cela donne à voir un spectacle sonore, visuel, gestuel pour amener tout un chacun à réfléchir d’une manière profonde sur la vie. «Le fou», une œuvre existentielle d’une rare justesse. Elle jette un regard critique sur notre quotidien et interroge notre contexte social dans lequel on évolue.


M.B.G.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com