Perpétuité pour le meurtrier de l’ouvrière !





Une rencontre matinale entre un soûlard et une jeune fille, à quelques encablures pourtant du domicile parental. Et ce fut le drame…


Tunis-Le Quotidien
La présente affaire remonte au 25 juin dernier, lorsque le fatidique destin de la victime l’aurait mise sur la route de ce soûlard, lequel avait passé la seconde moitié de la nuit à faire honneur à une bonne vingtaine de cannettes de bière. Il était de ce fait complètement schlass avec la venue de l’aurore annonçant une nouvelle et belle journée d’un été précocement chaud.
Partant du principe que chacun ayant ses propres préoccupations, le soûlard s’en est allé à la chasse d’un éventuel gibier à se mettre sous la dent. Autrement dit, une quelconque victime à déplumer afin de garantir un nouveau départ vers d’autres «Bacchantes». Or, en guise de proie, le bonhomme allait être doublement servi par la chance, puisqu’ayant droit à une proie à laquelle il ne s’attendait nullement.
Le hasard allait effectivement lui mettre une jeune fille sur son chemin, le poussant à changer son fusil d’épaule, son esprit ayant subitement convergé vers d’autres cieux plus agréables et plus accueillants ! Bref, les instincts bestiaux du gaillard, ainsi que sa libido se sont soudainement réveillés, en voyant la jeune fille s’approcher.
Cette dernière venait tout juste de quitter le domicile parental pour rejoindre l’atelier où elle faisait partie du personnel en tant qu’ouvrière, s’acharnant la pauvre au boulot afin de subvenir à ses besoins et aider un tant soit peu son paternel à nourrir huit bouches ! D’autant qu’à trente ans, elle était encore célibataire, puisque le prince charmant auquel elle a tant rêvé n’a pas encore daigné montrer le bout du nez, se faisant soit dit en passant cruellement attendre !
Ce jour-là, en tout cas, la jeune fille était sortie peu avant sept heures du matin comme à son accoutumée, tenant à être ordinairement parmi les premières à son poste ; elle était bien entendu à mille lieues d’imaginer qu’elle n’y parviendrait pas et que son cruel destin l’attendait au tournant d’un petit bosquet qu’elle a d’ailleurs toujours traversé, depuis sa prime enfance, sans la moindre appréhension.
Mais en ce 25 juin 2008, le soûlard avait justement choisi ce même coin pour guetter le passage d’une éventuelle proie. Aussi, lorsque l’énergumène est venu brutalement l’assaillir, était-il déjà trop tard pour qu’elle fasse la moindre manœuvre afin de l’éviter. Pendant quelques instants, l’agresseur a bien cru parvenir aisément à ses fins, mais une fois revenue de sa surprise, la fille s’est farouchement défendue, mettant toutes ses forces dans la balance et parvenant même à ébranler son agresseur, allant jusqu’à l’atteindre au visage.
De dépit, mais également de douleur occasionnée par les ongles acérées de la victime, le sinistre loubard n’a pas hésité à exhiber un couteau et s’acharner sur sa victime, lui portant plusieurs coups, notamment au cou, à l’abdomen et au dos. Une fois son forfait accompli, il s’est retiré rapidement, laissant la pauvre baigner dans une mare de sang. Elle y succombera une semaine plus tard, en dépit des efforts du corps médical qui aurait tout mis en œuvre pour la sauver.
Quant au criminel, il n’a pas tardé à tomber dans les mains des auxiliaires de la justice. Passé récemment en jugement, il a été condamné à perpétuité…


Mansour AMARA




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com