Michael Moore : La résurrection d’un genre





Jamais le documentaire —né avec «la sortie des usines Lumière» en 1895, consacré avec «Nanook, l’esquimau» de Robert Flaherty (1922) devenu dans les années 30 un courant spécifique du cinéma britannique avec John Grierson— n’avait eu autant le vent en poupe.
Les films de Michael Moore notamment qui, près d’un demi siècle après «Le monde du silence» (1956) du célèbre commandant Cousteau qui reçut la Palme d’or au festival de Cannes, participèrent au succès inattendu d’un genre ignoré ou, au mieux, réservé aux premières parties de programme.
Mais qui est donc ce fer de lance du mouvement altermondialiste ? 
Depuis qu’il tourne ses documentaires, Moore est une épine dans le pied des multinationales qui ne se soucient que de leurs actionnaires, les faucons enragés de droite et les politiciens sans scrupules.
Moore a sorti tout seul le documentaire de son ghetto pour en faire un genre majeur, vu par le plus grand nombre.
Il a l’habitude de se mettre en scène au centre de ses enquêtes sur la nuisance de la société et ceux qui l’encouragent.
Dans «Roger et moi» (1989: prix du New York Film Critic Circle), moi c’est Moore et Roger , c’est Roger Smith, l’inaccessible patron de General Motors, responsable du licenciement des 35000 ouvriers de la ville de Flint.
Dans «Bowling for Columbine» (2002), il poursuit sans relâche des membres du lobby des armes (dont feu Charlton Heston) qu’il accuse d’être responsable du massacre dans ce lycée du Colorado.
Et enfin «Farenheit 9/11» (2004, palme d’or à Cannes) est une attaque contre l’administration Bush qu’il accuse de coup d’Etat, d’enrichissement personnel et d’incompétence.
Michael Moore et ses œuvres ne sont pas au programme des journées «Doc à Tunis» mais ses thèmes favoris sont abordés par d’autres auteurs.
Films s’inscrivant dans la même veine:
- Let’s make money
- La cabale
- War made easy
- Chine/USA guerre sans limites
- Colère de chine
- L’argent du charbon
- Loosers and winners


M.Waley Eddine MESSAOUDI  




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com