L’homme du jour : Béji Belhaj Amor : Il vend les airs aux nostalgiques





Natif de Salammbô en 1955, Béji Belhaj Amor est considéré aujourd’hui comme l’un des plus grands disquaires de Tunis. Il a été initié dès son plus jeune âge à la musique par toute sa famille dont les membres étaient tous passionnés de musique classique et d’artistes comme Elvis Presley et d’autres compositeurs de l’âge d’or de la chanson française, comme Aznavour, Richard Anthony... Et au fil des années, il a emprunté cette voie par amour pour la musique. Dès les années 80, au moment où le disco était en plein boom dans le monde de la mélodie, il s’est distingué en étant le seul à disposer des albums des meilleurs compositeurs. Pour enrichir son expérience, il s’est même rendu aux USA dans les années 80 et 90 pour profiter de l’expérience américaine et surtout s’enquérir du savoir des disquaires américains. Son séjour lui a permis d’assister en effet aux plus grands concerts au «Madison Square Garden». Avec une expérience de trente ans, «Béji», comme l’appellent ses clients et ses amis, s’impose aujourd’hui comme le seul disquaire du Grand Tunis qui propose à ses clients d’anciens et nouveaux disques, tous genres confondus. Dans son espace, sis à l’Avenue Meftah Farhat au «Passage» en plein cœur de Tunis, on trouve toutes sortes de musiques, jazz, blues, funk, reggae, disco et rock, entre autres, mais également les albums des grands noms classiques, à l’instar de Donald Summer, Ray Charles, John Coltrane, John Lee Hooker, Earl Huns, Bob Marley, «The Temptation»...


L’indépassable
Aujourd’hui, sa boutique constitue une destination incontournable pour les nostalgiques des genres musicaux classiques, mais aussi des passionnés de morceaux modernes. Mais Béji, qui a commencé sa carrière depuis la période où les disques 33 et 45 tours étaient en vogue, a su s’adapter aux goûts d’aujourd’hui, en changeant de matériel chaque fois que cela s’avérait nécessaire. Il est passé des disques 33 tours et des cassettes aux CD et aux autres supports technologiques nouveaux avec leurs formats divers CD, VCD, DVX, DVD. «Tout a changé même les goûts, il faut suivre son temps», commente-t-il.
Pour être à la page, il s’est équipé d’ordinateurs et d’autres supports audiovisuels les plus récents et propose aussi, à ses clients de la nouvelle génération, des films, des jeux et autres productions musicales et théâtrales demandées. Résultat, chez «Béji» on trouve une collection riche et variée dont une bibliothèque musicale de plus de 10 000 albums, dont une bonne partie de musique classique, tunisienne, arabe et étrangère. Pour lui, son objectif est d’aiguiser le goût des amoureux de la musique. «Un être humain qui n’écoute pas de la musique, c’est qu’il n’est pas logiquement complet», ironise-il. Au nom de l’amour pour la musique et de son métier, il réussit sa passion et devient une référence pour les connaisseurs de la musique dans ce secteur où les intrus se comptent aujourd’hui par milliers.


Ousmane WAGUÉ




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com