Cap-Bon : Perpétuité et 20 ans de prison pour les deux violeurs !





Voilà un itinéraire qui lui est devenu familier pour l’avoir effectué des centaines de fois, mais ce jour-là n’était pas comme tous les autres !


Tunis-Le Quotidien
Tout a commencé par un beau jour du mois de juin 2008. La jeune femme qui avait emprunté le bus de Menzel Bouzelfa pour rallier Kélibia où elle travaille, était sûrement loin d’imaginer qu’elle allait aux devants d’une mésaventure qui la marquerait pour le restant de sa vie ! Peut-être même, ou plutôt certainement, chambarderait complètement son existence, d’autant qu’elle supportait déjà mal son statut de femme divorcée.
Depuis le jour où elle s’est séparée de son époux, la jeune femme s’est pourtant attelée au travail, décidée à subvenir à ses besoins sans recourir à une quelconque aide. C’est ainsi qu’elle effectuait quotidiennement le trajet séparant son logis à Menzel Bouzelfa des bureaux qu’elle nettoyait de bonne heure, donc avant l’arrivée des agents à Kélibia. Ce qui explique que le jour des faits elle a débarqué du bus aux environs de six heures et demie.
Or, ce jour-là n’était pas tout à fait ordinaire comme tant d’autres, car sur le chemin elle fut abordée par deux énergumènes apparemment éméchés, lesquels lui ont carrément proposé de les accompagner dans un lieu un peu isolé, une sorte de cagibi, moyennant la somme de dix dinars !
Leurs intentions étaient on ne peut plus claires, ils tenaient à goûter aux charmes manifestement enfouis de la jeune divorcée. Seulement, devant le refus de cette dernière d’accéder à leurs désirs, les deux assaillants n’ont pas du tout abdiqué, mais bien au contraire, ils ont décidé d’obtenir de force ce qu’ils cherchaient !
Aussi, sont-ils passés à l’action sans plus tarder en traînant leur proie sous la menace d’un couteau vers ce lieu peu fréquenté à cette heure-là pour assouvir leurs instincts ; ils n’ont pas manqué, non plus, d’agresser leur victime lui portant un coup de couteau à la cuisse. Et pour compléter le tableau, sinistre, ils l’ont dévalisée puisque la soulageant au passage des vingt dinars qu’elle possédait, pour terminer finalement par ses boucles d’oreilles et une bague…
Une fois leur forfait accompli, ils se sont retirés comme si de rien n’était, mais pas pour aller loin cependant, dans la mesure où ils ont été appréhendés le même jour cachés dans une petite forêt. Passés mardi dernier en jugement, l’un d’eux a été condamné à la prison à perpétuité, quant au second, il en a eu pour vingt ans de prison ferme…


Mansour AMARA




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com