Vie des partis et des organisations





* Le libéralisme et la crise économique mondiale en débat
Le Parti Social Libéral (PSL) a organisé, hier, à son siège situé à l’Avenue Hédi Chaker à Tunis, une conférence-débat sur le thème «la crise financière et économique mondiale et le libéralisme». La conférence, qui a vu la participation de plusieurs économistes et experts, a été marquée par un débat chaud sur le déclin du modèle libéral basé sur la formule «laisser faire, laisser passer», loin de toute forme de contrôle moral et de gouvernance qui avait été à l’origine de la crise actuelle.


* L’UDU opte pour l’élection des têtes des listes pour les législatives
L’Union Démocratique Unioniste (UDU) a opté, pour l’élection à l’échelle régionale, des têtes de listes qui seront présentées pour les prochaines législatives. Selon un communiqué du Bureau politique élargi, cette démarche vise à concrétiser la pratique de la démocratie interne et à éviter les querelles intestines qui découlent de la nomination des têtes des listes par les hautes instances dirigeantes du parti,.


* Mohamed Harmel de retour
Après plus d’une année et demie d’absence que certains avaient expliquée par son mécontentement, l’ancien secrétaire général du Mouvement Ettajdid (ancien Parti Communiste Tunisien), Mohamed Harmel, a assisté à une conférence organisée récemment au siège du parti. Dans une lettre ouverte adressée en août dernier aux lecteurs d’«Ettarik Al Jadid», organe de presse du Mouvement, l’ex-secrétaire général du parti souligne que «le fait de lui attribuer le titre de président d’honneur signifie pour certains son exclusion et sa marginalisation, alors que dans une déclaration officielle publiée sur les colonnes d’Ettarik Al Jedid, la direction du parti affirme que le pays et le Mouvement ont encore besoin de Mohamed Harmel, moralement et politiquement.


* Juan Carlos se dit prêt à s’excuser auprès des Arabes délogés de son pays
Le roi d’Espagne, Juan Carlos, s’est dit prêt à s’excuser auprès des Arabes dont les ancêtres avaient été délogés au lendemain de la chute de Grenade en 1492, dans une lettre adressée à l’historien tunisien Abdeljeli Temimi, président de la Fondation Temimi pour la recherche scientifique et l’information.


* Un nouveau siège pour la fédération d’Ettajdid à Zarzis
Un nouveau siège de la fédération du Mouvement Ettajdid à Zarzis a été inauguré dimanche dernier en présence du premier secrétaire du parti, Ahmed Brahim.


* A l’Union régionale du travail de Sousse
Un nouveau bureau exécutif de l’Union régionale de Travail de Sousse a été élu jeudi dernier lors du congrès de cette structure. Le nouveau bureau se compose de MM. Mohamed Ben Romdhane, Ahmed Mzoughi, Mohamed Laâjimi, Faouzi Ben Smiaâ, Mustapha Metaouaâ, Béchir Glissa, Habib Ben Adeljelil, Imed Grira et Amor Adham.


* Béji Caïd Essebsi braque pleins feux sur le parcours du «Combattant Suprême»
L’ancien ministre des Affaires étrangères, Béji Caïd Essebsi, vient de publier un livre très attendu et minutieusement préparé depuis plusieurs années sur le parcours du premier Président de la Tunisie indépendante, Habib Bourguiba. Le livre intitulé «Bourguiba : le bon grain et l’ivraie» dresse un portrait exceptionnel du «Combattant Suprême». L’ouvrage, publié par Sud Editions, retrace la grandeur mais aussi les décadences de l’ère de Bourguiba grâce à une documentation bien fournie et des témoignages poignants. M. Béji Caïd Essebsi avait rencontré le leader, pour la première fois, à Paris, au début des années cinquante. De retour à Tunis, l’auteur du livre s'inscrivit au Barreau de Tunis et se démarqua, tout jeune, par sa bravoure dans de nombreux de procès de patriotes.
Appelé à faire partie de la jeune équipe constituée autour de Bourguiba, il s'occupera, sous la houlette de feu Taïeb Mehiri, des collectivités locales, de l'administration régionale et de la sûreté nationale, avant de devenir ministre de l'Intérieur (1965-1969). Il sera par la suite, ministre la Défense Nationale (1969-1970), ambassadeur à Paris (1970-1971), ministre des Affaires Etrangères (1981-1986), puis ambassadeur à Bonn à partir de 1987, avant d'être élu à la tête de l'Assemblée Nationale, en 1990.


W.K.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com