Le SG de la fédération des producteurs de pommes de terre : Motiver les agriculteurs avec un prix minimum à la production





Le SG de la fédération des producteurs de pommes de terre analyse l'origine de la flambée des prix de ce légume recherché par les consommateurs et propose les solutions idoines pour remédier au problème.
- Comment expliquez-vous l'augmentation des prix de la pomme de terre durant cette saison ?
Il s'agit en fait d'un problème qui est en train de se répéter à chaque fois et qui mérite d'être étudié scrupuleusement, surtout à la suite la campagne de l'année écoulée marquée par une surproduction. Cela démontre tout d'abord que nous sommes en mesure de produire quand les conditions le permettent. L'agriculteur, en général, et le producteur de pommes de terre en particulier constituent des acteurs économiques à part entière, d'autant plus qu'ils opèrent dans un secteur important et sensible.
Notre secteur a des spécificités. Les agriculteurs qui travaillent dans ce secteur représentent plus de 90% de la profession. Ils ne sont pas, par conséquent, en mesure de supporter les vicissitudes de la conjoncture. En d'autres termes, ils ne peuvent supporter les éventuelles pertes eu égard à leurs budgets limités. Un certain nombre d'agriculteurs ont sciemment évité de planter des pommes de terre durant la saison en cours et c'est ce qui explique le recours à l'importation pour remédier au manque.
- Quelles solutions préconiser?
En tant que professionnel du secteur, je souhaiterais que les solutions soient radicales et qu'elle permettent de régler les problèmes une fois pour toutes. Le producteur de pommes de terre constitue un maillon d'une chaîne. Il est important d'établir un véritable partenariat entre ces divers intervenants. Il faut établir une certaine coordination qui tienne compte des intérêts de chacun et du pouvoir d'achat du consommateur.
- Concrètement que faire au juste?
Pour assurer la continuité, je pense qu'il faut que l'agriculteur travaille en toute quiétude et qu'il ne s'inquiète pas pour son avenir. Pour cela il est important que les prix de vente du producteur soient régulés. Cela ne peut se faire sans la mise en place d'un stock régulateur et surtout la fixation d'un prix minimum d'écoulement à la production. Il faut que l'agriculteur puisse écouler son produit durant toute l'année sans subir les vicissitudes de la conjoncture.
Tous les intervenants, ainsi que les autorités compétentes, doivent se réunir pour examiner les problèmes et déceler les failles et trouver les solutions adéquates à même de régler le problème une fois pour toutes.


Entretien réalisé par Lotfi TOUATI




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com