De fil en aiguille : Un don du ciel





“S’il reste au monde un seul amateur de lecture - et même un homme qui lit et oublie aussitôt je le prie, avec une affection et une reconnaissance indicibles de bien vouloir partager la dédicace de ce livre avec ma femme et mes enfants”. Cela sort de la plume d’un grand et lucide écrivain américain, J.D. Salinger en introduction à l’un de ses savoureux récits : “Dressez haut la poutre maîtresse, charpentiers”. 
Le verdict est net et tranchant. La lecture serait pour lui une symbiose fatalement manquée entre l’écrivain et le lecteur. Il en avait d’ailleurs retiré la nécessité de se renfermer dans un mutisme complet depuis près d’un demi-siècle. 
A l’occasion de la tenue de la Foire internationale du Livre, ces lignes donnent matière à penser. La lecture serait-elle un don du ciel accordé à quelques rares “élus”.
On le dirait ! Car, depuis plusieurs décennies les expériences les plus originales ont été tentées en Tunisie afin de motiver les enfants à la lecture et d’en jeter les germes dans l’imaginaire encore vierge de nos petits. Mais rien de vraiment probant n’en avait résulté.
Les sociologues et les psychologues ont donné nombre d’explication à cette coupable défaillance. Mais aucun n’a réussi à en fournir la clé. Ce que l’on peut cependant affirmer sans ambages c’est que tout se joue à cet âge délicat. Une fois dépassé ce seuil de l’existence, on ne peut plus rien faire. Certes les adultes peuvent se mettre à la lecture. Mais ce sera un acte subi et non choisi. 
Le constat est déprimant bien qu’un rayon de soleil vienne de temps en temps dérider le climat comme par exemple ce gadget proposé sur nos trottoirs, représentant une fillette, allongée sur son ventre en train de bouquiner. Une idée quand même à creuser pour ce qui concerne les adultes : nombre d’entre eux, pourtant animés des meilleures intentions s’arrêtent de lire au premier chapitre d’un livre. Je les exhorte à dépasser cet écueil, car une fois arrivé aux terme du parcours, ils s’apercevront qu’il en auront retiré un rare bonheur.


A. Ch.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com