Béja : Elle balafre le visage du témoin et menace la cour du même sort





Une dame a balafré le visage de la seule témoin dans cette affaire avant de menacer la cour du même sort…


Tunis-Le Quotidien
Le tribunal de première instance de Béja a été le théâtre dernièrement d’un grave incident, dont l’auteur n’est autre qu'une dame âgée d’une quarantaine d’années qui a semé la pagaille à l’intérieur du palais de justice.
Originaire d’une ville relevant du gouvernorat de Béja, l’accusée avait porté plainte contre deux hommes, prétendant qu’ils l’avaient séquestrée pendant deux jours, dans une maison, où ils avaient abusé d’elle.
Arrêtés, les deux suspects avaient donné une autre version des faits. Ils avaient, en effet, déclaré aux enquêteurs que la dame les avait accompagnés de son plein gré.
Au moment des faits, la dame se trouvait dans le marché en train de faire des courses. En s’approchant de l’étal d’un marchand de légumes, elle a été appréhendée par le commerçant qui, attiré par sa beauté et surtout séduit par la manière avec laquelle elle se comportait, n’avait pas hésité à lui demander un rendez-vous. Dans la foulée, il comprit que la cliente est une dame mariée. N’empêche qu’elle avait accepté de le rencontrer tard dans la journée.
Son époux s’apprêtait à se rendre à Tunis pour régler quelques affaires et donc elle allait se trouver seule.
La rencontre eut justement lieu et le commerçant ne s’était pas présenté seul. Un autre homme était avec lui. Pourtant, la dame avait accepté de les accompagner dans une maison où, pendant deux jours, le trio s’était adonné à ses fantasmes assouvissant ainsi ses désirs les plus fous.
Le hasard avait fait cependant que l’époux décida d’écourter son séjour et rentra chez lui le jour suivant.
Bien évidemment, il constata l’absence de sa douce moitié du domicile conjugal. Il se mit à sa recherche un peu partout avant qu’elle ne refasse surface le lendemain.
Alors, pour justifier sa disparition, elle avait monté de toutes pièces cette histoire d’enlèvement. Accompagnée de son mari, elle s’était présentée au poste de police de la ville accusant les deux hommes de séquestration et de viol.
Une enquête a été, alors, ouverte. Plusieurs témoins ont été, ainsi, entendus dont une dame qui a fourni aux enquêteurs des preuves irréfutables concernant les aventures extraconjugales de la plaignante.
L’affaire fut remise alors à la justice et les deux dames ont été convoquées dernièrement par le juge d’instruction relevant du tribunal de première instance de Béja pour être entendues. Et voilà qu’au moment où elles attendaient leur tour pour être  auditionnées, la plaignante avait tiré de son sac-à-main un rasoir avant d’asséner plusieurs coups au niveau du visage de la témoin la balafrant à jamais.
Les agents de l’ordre sont intervenus arrêtant l’auteur de l’agression qui fut immédiatement traduite devant la cour.
Coup de théâtre, elle menace les magistrats du même sort qu’elle avait réservé à la témoin.
Mais cette fois-ci elle a payé cash son forfait. En effet, la cour l’a condamnée à quatre ans de prison pour outrage à magistrat et trois ans de prison ferme pour perturbation d’une audience judiciaire.
Son agression de la témoin sera examinée ultérieurement. Elle risque cinq autres années de prison.


H.M.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com