Coupe de Tunisie (Demi-finale) : Parfum de défi





La demi-finale de la Coupe de Tunisie entre Espérantistes et Monastiriens, promet beaucoup. Les premiers défendront crânement leur bien, les seconds viseront l’exploit de déloger les tenants.
Depuis quelques années déjà, les rencontres entre Sang et Or et Monastiriens sont disputées et passionnantes. En 2007 déjà, à ce même stade de la compétition, les premiers l’avaient emporté deux à zéro à El Menzah. S’agira-t-il cette fois-ci d’une confirmation ou d’une revanche ? En football, seule la vérité du terrain compte, de surcroît quand il s’agit d’un match de Coupe. Les hommes de Benzarti nagent en pleine euphorie, ces derniers temps, et ce, sur plusieurs tableaux. Seulement, en Coupe, seul un succès en finale compte. Pour y arriver, les Sang et Or sont appelés à demeurer concentrés de bout en bout et à faire preuve de fraîcheur physique et mentale. Si c’est le cas, il sera difficile de mettre fin à cette histoire d’amour qui lie le club de Bab Souika à Dame Coupe depuis trois éditions déjà. Les Darragi, Bienvenu, Eneramo ou Korbi, dans un bon jour, plieraient l’affaire surtout s’ils faisaient preuve de lucidité en phase de conclusion. Benzarti, pourra aussi compter sur Bouazzi, qui a récupéré de sa blessure, en cours de jeu.
L’USM, de son côté, vient à El Menzah en challenger. Mais c’est là une situation qui lui va comme un gant : Un entrejeu garni mené par Ben Abdelkader qui affectionne les ouvertures et les balles arrêtées envers ce diable de Ayari, qui est toujours prêt à surgir de nulle part pour marquer. En attaque Essifi est décidé à crever l’écran. L’occasion est propice pour lui d’attirer l’attention des recruteurs, et pourquoi pas celle des Sang et Or.
Ainsi, il y a de fortes chances d’assister à un scénario classique. Une Espérance qui domine, qui assure la possession de la balle et qui cherche à prendre l’avantage en première période pour tempérer l’ardeur de l’adversaire et une US Monastir qui joue volontairement dans sa moitié du terrain pour se créer des espaces devant et surprendre son vis-à-vis, dès que l’occasion se présente. Avec des acteurs inspirés et efficaces, cette demi-finale promet une belle empoignade, au grand plaisir des férus du beau football et du suspense. Pourvu que les intentions soient bonnes et que la priorité soit donnée au jeu.

Jamel BELHASSEN

Rétro : Ascendant sang et or

Cinquième face-à-face en Coupe de Tunisie entre l’EST et l’USM. Pas de photo, jusqu’ici durant les quatre précédentes confrontations où l’EST s’est toujours imposée avec plus ou moins de difficultés mais l’essentiel, pour elle c’est qu’elle a su toujours faire le plein et surmonter son adversaire en question.
Donc, à quatre reprises, dans le passé l’EST a eu à rencontrer et éliminer l’USM de l’épreuve Coupe:
1981-1982 : (2-1) en huitièmes
1982-1983 : (1-0) en huitièmes
1988-1989: (4-0) en quarts
2006-2007 : (2-0) en demis

A.D.

Trio arbitral grec

Le match entre l’Espérance et l’USM, aujourd’hui à 15h30 au stade olympique d’El Menzah, sera  dirigé par un trio grec, composé de l’arbitre central Dimitrios Kalopoulos et des assistants Cristos Gennaios et Dimitrios Papadopoulos.


Henry-Bienvenu Ntamak (E.S.T.) : «Ne rien lâcher»

De retour au premier plan, le Camerounais de l’EST, insiste sur la lucidité en phase de conclusion pour espérer passer en finale.
Quelle recette adoptez-vous à l’Espérance pour bien gérer cette succession de rencontres décisives sur plusieurs fronts?
On a décidé de nous concentrer sur un seul match à la fois. Jusqu’à présent les choses vont plutôt bien. J’espère que cette période favorable va se poursuivre même si je suis convaincu que le plus dur reste à faire et nous sommes appelés à demeurer concentrés jusqu’au bout. 
Cet après-midi, vous rencontrez l’USM dans une demi-finale de Coupe indécise. Ce rendez-vous vous rappelle-t-il le match aller joué à El Menzah?
En football, aucun match ne ressemble à un autre. Chaque rencontre a sa propre vérité. Je pense d’ailleurs que ce match de coupe sera plus difficile que celui joué à El Menzah à l’aller. 
Où résidez, selon vous, la clé du match ?
Il faudra être lucides dans les moments forts et surtout devant les buts adverses. Un bon pourcentage de réussite devrait nous permettre de passer le tour. 
L’Espérance détient cette coupe depuis trois saisons déjà. Cette situation installe-t-elle une certaine pression dans votre camp?
A l’Espérance, la pression est toujours là. On est habitué à ce genre de situation. Elle nous pousse même à donner le meilleur de nous-mêmes depuis un certain temps déjà. 
A ce stade de la compétition, où tout se jouera dans un seul match, peut-on s’attendre à des débats ouverts ou même à des prolongations et des tirs aux buts?
On s’est préparé à tous les scénarios. On est appelé à s’adapter à toutes les situations pour arriver à arracher le billet qualificatif pour la finale.

Propos recueillis par Jamel Belhassen

Aymen Ayari (U.S.M.) : «Nous y croyons !»

L’arrière monastirien est confiant quant à la valeur de son équipe et de ses camarades pour surpasser l’EST, cet après-midi.
Vous est-il permis d’espérer la qualification à Tunis, face à l’EST?
- Je dois rappeler, de prime abord, que nous n’avons jamais joué une rencontre de coupe à Monastir, cette saison. Nous sommes à notre quatrième déplacement depuis le premier tour, après Hammam-Lif, Hammam-Sousse, et Gabès. 
Secondo, les faveurs du pronostic n’ont plus leur raison d’être dans les confrontations de la coupe, dont les caprices n’échappent à personne. Enfin, nous souhaitons que les erreurs commises lors des deux rencontres du championnat, face à ce même adversaire, ne se reproduisent plus pour pouvoir bénéficier, jusqu’au bout, de notre sérénité morale. 
Ce sera une empoignade dure, aussi bien pour nous, que pour les sang et or, avec l’avantage que nous évoluerons loin de toute pression ce qui constitue une motivation non négligeable pour relever le défi. D’autant que nous n’avons rien à envier à notre adversaire du jour. 
Comment allez-vous  vous y prendre, face au leader de la compétition ?
Le parcours que nous avons réalisé en championnat est là pour traduire notre comportement honorable sur le terrain. Pour cette échéance importante, nous sommes déterminés à honorer nos engagements. Grâce à une préparation rigoureuse nous nous sentons en pleine possession de tous nos moyens physiques, psychologiques, et tactiques. Chacun de nous aura un rôle à remplir pour une seule finalité, le passage à la finale. La récupération de certains éléments de base, ayant sauté la rencontre de la dernière journée, a eu le mérite de retrouver un meilleur équilibre tout en dotant l’équipe de plus d’un atout à faire prévaloir. Il va falloir, cependant, résister à l’attaque espérantiste au cours du premier quart d’heure du jeu.
Peut-on supposer certaines appréhensions contraignantes de votre part?
Nous défendrons nos chances jusqu’à l’ultime minute de la partie, sans le moindre complexe. Nous sommes suffisamment adaptés à ce genre de duels à gros enjeux. Et, si l’USM mérite de gagner, c’est que le meilleur a eu le dernier mot pour s’imposer. Nous y croyons fermement, et nous saurons matérialiser nos ambitions sur la pelouse d’El Menzah.

M. Nabli




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com