Le fait : Soyons clairs !





Ce qui se passe actuellement au niveau de la gestion de la fin de saison de football laisse planer un certain malaise. L’impression que le commun des observateurs ressent est, peut être trompeuse, mais, elle ne manque pas d’être confirmée de semaine en semaine : tout est fait pour jouer avec les billes des autres, sans engager les siennes.
Expliquons- nous : la désignation d’arbitres étrangers pour les matches importants, est devenue presque systématique. Elle semble signifier à l’égard des clubs, que «pour éviter de nous accuser de quoi que ce soit, on vous donne des arbitres étrangers et vous en aurez tant que vous voudrez».
Quant à la qualité de ces arbitres, c’est en fin de compte la responsabilité de ceux qui les ont envoyés qui est engagée. Notre commission n’a, il est vrai, rien à voir dans la désignation de l’un ou de l’autre.
Elle ne peut être accusée d’avoir choisi avec le dessein de nuire à l’une des équipes en présence.
Et pour cause, le niveau tout à fait discutable de certains de ces arbitres, qui nous viennent d’horizons différents, et dont les compétences laissent à désirer ne manquent pas de faire jaser.
Face à cette argumentation, il est vrai difficile d’opposer quoi que ce soit. Ces arbitres ont été choisis en fonction de leurs compétences dans leurs pays d’origine. Et comme il se révèle que nous en possédons mieux, les choses se compliquent au point où l’un ou l’autre de ceux qui se considèrent lésés, annonce haut et fort «qu’il n’a jamais demandé un arbitre étranger!».
Sans pour autant remettre en cause la victoire méritée de l’USM, une victoire qui ne souffre aucune contestation (on ne marque pas trois buts et on ne va pas à trois reprises chercher la victoire en dehors de ses bases en bénéficiant de la seule incompétence d’un arbitre), l’arbitre grec n’a pas été sans reproches. On a vu mieux.
C’est dire, que le fait d’aller chercher des chevaliers du sifflet en dehors de nos frontières, n’est pas la solution idéale, et définitive aux problèmes qui se posent. La seule satisfaction, s’il y en a une, est bien de ne pas enregistrer des réactions à chaud qui auraient pu mettre le feu aux poudres.
Il n’en demeure pas moins qu’en dehors des considérations arbitrales, l’Espérance devrait s’en prendre avant tout à celui qui a tout remis en cause en brouillant les cartes, par la faute d’un geste inconsidéré qui a mérité l’expulsion.
En fin de compte, il faudrait être clair dans son raisonnement. Le véritable problème consiste à ne pas oublier qu’une équipe est solidaire, et que pour la «monter» il faudrait que toutes ses composantes soient sensibilisées au plus haut point. Etre trahi par ceux qui sont sensés avoir été appelés pour consolider l’édifice, et donner le plus, est inconcevable dans un football professionnel qui se respecte.
Le reste est du domaine des polémiques inutiles.


Yassine OMRANE




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com