Coup d’œil : Les effets de la crise commenceraient à se faire sentir





Décidément, les effets de la crise internationale commenceraient à apparaître au niveau de certains secteurs en Tunisie, même si les équilibres globaux de l’économie tunisienne demeurent maîtrisés.
Les chiffres du premier trimestre, qui viennent d’être présentés par M. Taoufik Baccar, Gouverneur
de la Banque centrale, en témoignent.
Rappelant les principaux faits marquants de la conjoncture économique internationale ainsi que l’impact de la crise sur l’évolution économique internationale, M. Baccar a expliqué que certains bons indices commencent à apparaître à l’échelle internationale laissant espérer une relance de l’économie mondiale vers la fin de l’année 2010, comme l’a indiqué le FMI dans son dernier rapport.
Pour ce qui est du contexte national, M. Taoufik Baccar a affirmé que la Tunisie poursuit la maîtrise des équilibres globaux de l’économie, ce qui lui a permis de consolider sa croissance. Il a précisé que le déficit courant a atteint au cours du premier trimestre 2009, 0,4% contre 0,6% en 2008, alors que le taux d’inflation a atteint en avril 3,6 % contre 5,8 % l’année dernière.
Il a aussi relevé que le secteur financier et bancaire n’est pas concerné par cette crise, d’autant plus que ses performances en 2008 sont globalement satisfaisantes et même bonnes.
Au niveau de l’effet de la crise sur certains secteurs, M. Baccar a expliqué que les exportations tunisiennes ont connu une régression importante de 19,7%, au cours du premier trimestre de l’année en cours. Cette régression a été plus importante au niveau des exportations du secteur énergétique avec une baisse de près de 50% par rapport à l’année dernière, ainsi que celles du phosphate et dérivés (-50%) et aussi de l’huile d’olives (-52%)… La baisse des exportations du secteur du textile habillement tunisien a été de près de 16%, alors que celle des exportations des industries mécaniques a été de 15,7%.
Cette régression est justifiée, selon le Gouverneur de la BCT, par la baisse importante de la demande au niveau des marchés étrangers, et en particulier, ceux de l’Union Européenne, premier partenaire économique de la Tunisie.  
Concernant le secteur du tourisme, M. Taoufik Baccar a noté que les recettes touristiques ont connu une croissance de 3,6%, et ce, en dépit d’une baisse au niveau des nuitées touristiques (-4,2%).
Compte tenu de ces résultats, M. Baccar a conclu que l’année 2009 sera, bel et bien, difficile pour l’économie tunisienne, même si sa situation actuelle demeure rassurante, comme en témoigne sa notation par les différentes institutions internationales spécialisées.   


Mohamed ZGHAL




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com