Foire internationale du livre : Retour sur les moments forts





La Foire internationale du livre a pris fin dimanche dernier. Les coulisses de cette manifestation étaient garnies de rencontres littéraires. Retour sur les moments forts.
Parmi les événements phares figurait une rencontre avec le romancier tunisien résidant à Paris, Habib Selmi. C’était le 1er mai, à la salle des conférences de la Foire internationale du livre de Tunis. Son objectif était de mieux faire connaître cet écrivain qui a à son actif plusieurs romans qui ont remporté un franc succès et ont été traduits dans plusieurs langues dont le français, l'anglais, l'allemand et le hollandais. Les interventions ont fait la lumière sur le parcours de Habib Selmi, né à al-Ala, une localité située dans la région de Kairouan, avant de joindre Tunis pour enseigner la langue et la littérature arabe, puis de prendre le chemin de l’exile en France, au milieu des années 80, et d'y rester depuis. Parmi les interventions de cette manifestation, il y a lieu de citer celle de Kamel Riahi qui a présenté le parcours du romancier tunisien. Il a révélé que la vie au village et ses habitants ont marqué la mémoire de Habib Selmi dans "la colline aux chèvres" et "Les amants de Beya", ses premiers romans. Il s’est aussi attardé sur le style de l’auteur tunisien qui est, selon lui, limpide, attestant d'une maîtrise réelle de la langue arabe. Couronnement d’un parcours riche, Habib Selmi a été consacré plusieurs fois, obtenant le prix «Booker» du roman arabe en 2009 pour son nouveau roman "Rawayh Marie Claire"


«L’écriture romanesque» de Waciny Laredj
A l’occasion de cette foire, le jeune poète et écrivain tunisien Kamel Riahi a fait paraître son nouveau roman sur l’écrivain algérien Waciny Laredj. Après avoir consacré dernièrement un premier livre à la vie et l’œvre de cet auteur né en 1954 à Sidi Boujnène, dans la Wilaya de Tlemcen, Kamel Riahi revient sur ses travaux de recherche qui sont focalisés beaucoup plus sur le Nouveau roman. «L’écriture romanesque», titre du nouveau livre, fait une analyse du contenu du style adopté par le romancier algérien. Il y traite des principes de base de son texte romanesque, mais aussi de la méthodologie qu’il adopte dans ses œuvres. Il ne s’est pas contenté de ces seuls aspects, il a analysé aussi les structures stylistiques de ses textes et procédé à une distinction entre la «topographie» du texte littéraire et celle journalistique dans les œuvres de Waciny Laredj. Kamel Riahi dresse aussi une rétrospective des principaux thèmes traités par le romancier algérien. Les tabous linguistiques, les contes et les proverbes populaires, principaux sujets de l’écrivain algérien, ont été, entre autres, visités et analysés dans leur aspect ésotérique par Kamel Riahi dans ce livre de 230 pages paru aux éditions «Karem Cherif» de Tunis et rédigé en arabe accessible.


Hommage au Soudanais Tayeb Saleh
S’il y a eu des rencontres pêle-mêle avec des écrivains tunisiens et étrangers, ceux qui nous ont quittés n’ont pas été non plus oubliés. Un hommage a été rendu à Tayeb Saleh, l’écrivain soudanais disparu il y a seulement quelques mois. Ses amis tunisiens, en l’occurrence Mohamed Fourati, Taoufik Baccar et Najoua Riahi, ont analysé «La saison de migration vers le Nord», une des œuvres de l’écrivain soudanais et, surtout, son rapport avec la Tunisie. Ses amis ont déclaré retenir son amour pour la modernité et les avancées enregistrées par la Tunisie. De son ouvrage, ses lecteurs ne manqueront pas de se rappeler, de leur côté, ce style littéralement limpide, recherché et particulièrement original. Les sujets abordés braquent pleins feux sur de multiples facettes du Soudan et du Monde arabe.


O.W.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com