Ligue des champions arabes – Finale aller : Sacré coup sang et or à Casa





Grâce à son application et à sa très bonne tenue physique, l’EST est arrivée à piéger le WAC chez lui pour multiplier ses chances de victoire dans cette coupe arabe.
Le cadre de cette première manche était, on ne peut plus enchanteur. Un stade de Casablanca coloré, animé et plein comme un œuf. Le Rouge et Blanc était, dominant mais les couleurs sang et or de l’Espérance étaient bien là, dans la mesure où près de deux mille fans espérantistes ont fait le déplacement. 
Le représentant tunisien était déterminé à réussir ce rendez-vous arabe pour garder ses chances intactes avant le match de Tunis. Et comme attendu, les débuts étaient serrés avec un avantage au niveau de la possession de la balle. Logique quand on sait que l’Espérance devait d’abord tempérer l’ardeur de l’adversaire avant de le surprendre. Et dès la (8’) Eneramo ne profite pas de la bévue de la défense adverse en tirant sur le gardien marocain. Bienvenu, à l'affût mais en position de hors-jeu, marque un but blanc. Voilà un épisode qui met du piquant dans le jeu et confère plus de confiance aux hommes de Benzarti. D’ailleurs, à partir de là l’Espérance s’est montrée menaçante sur les contres, créant plus de situation dangereuse devant et obtenant des corners successifs. La riposte du WAC a eu lieu à la (23’) quand Bidhoudhane a failli ouvrir le score mais Chammam, sur la ligne a sauvé le but par deux fois. Mais la (30’) est la bonne pour l’EST. Eneramo gagne un duel avec Louissi et s’en va battre d’un tir croisé le gardien adverse (0-1).
Menée par un Darragi, inspiré et clairvoyant, l’Espérance devient maîtresse de l’entrejeu et donne le tournis à un axe central adverse souvent dépassé. Le Wided, lui, tente de refaire le terrain perdu par Pascal ou Bidhoudhane, par des incursions sur les flancs sans arriver à obtenir gain de cause. Les Abdi, Z. Derbali et Chammam. A la (42’) Darragi est sur le point de doubler la marque mais son tir est arrêté par le gardien Lemiaghi. La période est favorable pour les Tunisiens qui méritaient, au vu des occasions créées d’inscrire un second but. 


Mauvais quart d’heure puis la délivrance
La seconde mi-temps a commencé avec un pressing du côté du WAC et en deux minutes (47’ et 48’) la défense espérantiste a connu deux situations très difficiles.
L’avant marocain Jouira, par deux fois, rate lamentablement la cage en tirant sur le poteau alors qu’il était seul devant les filets puis haut après une hésitation de Derbali et une sortie hasardeuse de Kasraoui. Bidhoudhane n’était pas plus heureux à la (51’) quand son tir a effleuré le poteau gauche du gardien tunisien. Il était clair que le WAC était décidé à revenir absolument dans le match. 
La domination nette du Wided a été entrecoupée par une attaque d’Eneramo ponctuée par un tir trop central de Bienvenu (53’) pour inquiéter le gardien adverse. La souffrance de la défense tunisienne se poursuit au fil du temps. Bessala, Abdi et Kasraoui, fébriles et peu lucides, subissent la loi des attaquants casablancais. Le rythme imposé par les camarades de Louissi est insoutenable et à chaque accélération le danger s’installe dans la zone espérantiste. 
Il ne restait plus que les contres et la technique de Darragi pour surprendre les locaux. A la (73’) Darragi sert sur un plateau Bienvenu mais l’arbitre-assistant signale un hors-jeu inexistant contre le Camerounais. 
Dans le dernier quart d’heure, les Marocains baissent logiquement de rythme et l’Espérance en profite pour menacer de nouveau la cage adverse. Suite à un corner, Derbali voit son tir percuter le poteau (77’).
Bouazzi supplée Bienvenu pour tenter le break. 
Eneramo puis Chammam ont eu le second but au bout du pied mais leurs tirs ont raté la mire (80 et 81’). Sur le contre, Bidhoudhane, de la tête, rate de nouveau la cage de Kasraoui. Les occasions se succèdent et le suspense est total, car à chaque fois le but est imminent. Teyeb se blesse et se fait remplacer par Msakni à quatre minutes de la fin. Les derniers moments sont durs pour les protagonistes. L’EST plie mais ne rompt pas. Ce fut la victoire de la grinta et de l’application. 


Formation de l’EST :
Kasraoui, Bessala, Chammam, Abdi, Derbali, Korbi, Souissi, Teyeb (Msakni 87’), Darragi, Eneramo et Bienvenu (Bouazzi 77’).


Jamel BELHASSEN




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com