Coupe féminine de l’U.N.A.F. : Le triomphe de l’A.S.F.Sahel





Un triomphe et une consécration sans bavure. Trois matches, pour autant de succès, on ne pouvait espérer mieux. Bravo aux Sahéliennes.
C’était d’ailleurs l’essentiel, à l’issue d’une compétition qui aura été, finalement, dominée par les représentantes du football féminin tunisien. De vaillantes “guerrières” qui ont eu besoin, à certains moments d’avoir des nerfs solides de jouer avec les tripes.
Mais des guerrières qui ont su, également, faire preuve d’un culot formidable, faisant fi des intimidations et, surtout, des … magouilles de certaines personnes, toujours aussi jalouses, lorsqu’il s’agit de réalisations ou autres consécrations portant le sceau tunisien !
Une éclatante victoire, en fin de compte, acquise il faut bien le dire, dans la douleur. On ne peut d’ailleurs occulter dans cet ordre d’idées, l’apport inestimable des responsables, du staff technique, du staff médical et tous ceux qui ont été proches de l’équipe tout au long de cette campagne, notamment lors des moments difficiles. 
“On a vaincu dans l’adversité”, lançait le coah Salah Kebaili à la fin de l’ultime rencontre disputée face aux Algériennes de Nadi Emir Abdelkader. Il ne pouvait si bien dire, dans ce sens que l’arbitre égyptienne Neema Abdallah s'est apparemment ingéniée, sinon elle s’est obstinée à siffler le plus souvent à sens unique, allant jusqu’à pénaliser la formation sahélienne en expulsant Imène Troudi (45’+3), meilleur élément au sein d’une équipe qui a osé déranger la hiérarchie établie par un quelconque membre du comité d’organisation !
Un grand jour a été vécu en ce vendredi 8 mai 2088, à Wadi Degla, par la délégation tunisienne pour fêter ce triomphe, le premier sacre d’un football féminin tunisien, désormais sur la bonne voie. 
Pourtant, on a craint le pire la veille de cet important rendez-vous lorsque trois éléments du groupe ont été intoxiqués, suivie, le matin même du match, par un nouveau cas, celui du libero de l’équipe Ines Laabidi. Mais la vaillance et le cran de l’ensemble soussien sont finalement venus à bout de toutes les contrariétés. 
Certes, les partenaires de Sana Chebli ont beaucoup souffert avant de s’imposer aux dépens d’une formation algérienne, incontestablement la meilleure du lot, mais leur succès n’est nullement le fruit du hasard. Elle ont bien sué pour y parvenir, subissant le jeu tout en procédant par des contres orchestrés essentiellement par Sawsen Ismaïl, Imène Troudi et Fatma Mlayeh. Cette dernière aurait été par ailleurs un véritable poison et un danger constant pour les défenses adverses. 
Pour l’ultime confrontation, elle est effectivement allée d’un nouveau doublé, confortant par là-même son rang de meilleure canonnière ave cinq réalisations. Elle aurait même brigué le titre de meilleure joueuse du tournoi, de l’avis de beaucoup d’observateurs. Un titre qui est allé récompenser injustement l’Egyptienne Ange Attia ! Par deux fois, en effet, la virevoltante sociétaire de l’ASBH, prêtée à l’occasion de cette compétition, allait brûler la politesse à ses anges gardiennes pour aller battre la portière Najet Fédoul (17’) et (80’). Entre-temps, Nabila Imloul avait rétabli l’équilibre pour les siennes (45’+1).
Il faut avouer d’ailleurs  que l’équipe algérienne a manqué vraiment de chance, sachant qu’elle a dominé outrageusement les débats, mais la transversale d’une part, et les prouesses de la gardienne Soumaya Ouerghi, plébiscitée meilleure portière du tournoi, de l’autre, l’ont privée d’une victoire qui n’aurait surpris personne. 
Le mérite des filles de la perle du Sahel d’avoir su résister à la furie des coéquipières de la capitaine Nassiba Laghouati, avant de porter l’estocade finale, leur permettant de s’imposer et venir asseoir la suprématie du football tunisien sur l’Afrique du Nord, après les succès du CA en coupe des clubs champions et de l’EST dans la compétition des vainqueurs de coupe …
Voici enfin pour terminer l’effectif du club sahélien, vainqueur de cette troisième édition : Rabiaa Gargouch et Salwa Douzi (GB), Ines Laabidi, Hanene Mezni, Ghada El Ayadi, Takwa Khdimallah, Om Ezzine Chtioui, Sabrine Mamay, Dorsaf Adouani, Imene Troudi, Sana Chebli, Sawsen Ismaïl, Marwa Tbini, Fatma Jebali, Asma Romdhani, Sarra Slim, Karima Koraïchi, ainsi que Fatma Mlayeh, Soumaya Ouerghi et Hanene Touati.

Mansour Amara

Leurs impressions

Kamel Romani (Président de l’A.S.F.S.)


“C’est la victoire de la tenacité et du cran, le triomphe de la bonne gestion d’un groupe discipliné et perfectible. Je suis d’autant plus satisfait que nous avons laissé une très bonne impression sur le plan disciplinaire, pour preuve le trophée du fair-play que nous avons glané. 
Je dédie, par ailleurs, cette éclatante victoire à M. le Président de la République, dont la sollicitude continue pour le sport féminin aurait constitué un véritable stimulant pour nous permettre de nous distinguer. 
Je ne peux, également, occulter l’apport appréciable de notre ambassadeur au Caire M. Sadok Korbi, pour l’aide qu’il nous a apportée, avant de nous honorer à l’issue de la compétition en nous invitant dans sa résidence, finalement la maison de tous les Tunisiens”. 


Salah Kebaili (Entraîneur de l’A.S.F.S.)


“Je dois tout d’abord louer le courage, l’abnégation et la bonne volonté de l’ensemble qui a été très solidaire dans les moments difficiles, ce qui nous a permis de nous surpasser et réaliser ce véritable exploit, vu le niveau très appréciable de nos adversaires. C’est une victoire très bénéfique, également, pour l’ensemble du football féminin qui commence à se frayer un chemin dans le décor footballistique sur les plans régional et continental”.

M.A.

Quand l’A.S.F.S. truste les titres

Les représentantes du football féminin tunisien à ce rassemblement auraient été, finalement, très “gourmandes” en ce sens qu’elles n’ont laissé que des miettes à leurs adversaires. En plus du titre remporté haut la main, les Sahéliennes ont effectivement trusté les trophées mis en jeu. 
C’est ainsi que les partenaires de la capitaine Rabiâ Gargouch sont parvenues à glaner le trophée du fait-play, sans compter les titres de meilleure canonnière et de meilleure gardienne remportés respectivement par Fatma Mlayeh et Soumaya Ouerghi …




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com