Tunis : La fonctionnaire… escroc !





La fonctionnaire n’a pas trouvé mieux que de flouer deux jeunes gens en quête d’un boulot !


Tunis-Le Quotidien
C’est depuis le jour où elle s’est séparée de son conjoint, que la jeune femme, la quarantaine, s’est juré de se frayer un chemin dans une société souvent très sévère envers les femmes divorcées en général. Aussi, s’est-elle attelée à ne compter que sur ses propres moyens pour subvenir à ses besoins. Mieux encore, elle s’est fixé un objectif majeur, celui de monter dans la hiérarchie, ou plutôt de s’enrichir, étant convaincue que seul l’argent fait particulièrement la force !
Aussitôt décidée, la jeune femme est entrée de plain-pied dans le domaine du business, dans ce sens qu’elle allait entreprendre une seconde activité, parallèlement à ses activités professionnelles dans une grande entreprise privée. C’est ainsi qu’elle a pu découvrir les aléas et autres coups durs, fatalement liés à une conjoncture économique actuelle des plus ardues, mais elle a pu toutefois tenir le coup pour un bon bout de temps, grâce essentiellement à la compréhension et la sollicitude de certains fournisseurs.
Elle a fini cependant par se trouver totalement prise dans le tourbillon des dettes et, pis encore, des chèques qu’elle a émis un peu partout, tout en sachant qu’elle était incapable de s’en acquitter ! Une situation qui lui a causé de longues nuits blanches.
C’est alors qu’elle a eu un coup de génie, mais dans le mauvais sens du terme cependant ! Dans la mesure où elle s’est subitement rappelée du cas d’un jeune homme qui l’avait sollicitée, il n’y a pas longtemps, pour lui procurer un quelconque boulot au sein de l’entreprise où la jeune divorcée détenait un poste à responsabilité. Un simple coup de fil lui aurait d’ailleurs suffi pour entrer en contact avec le jeune homme et lui fixer rendez-vous dans une cafétéria de la place.
Une fois attablés, elle n’a pas tardé à lui annoncer la bonne nouvelle, celle de lui procurer du travail dans la semaine même, moyennant toutefois la somme de trois mille dinars. Offre que le bonhomme ne pouvait repousser, s’empressant non seulement de la satisfaire, mais allant jusqu’à lui proposer d’en faire de même pour une camarade de classe, en quête également d’un boulot.
Finalement, la fonctionnaire recevra cinq mille dinars en tout. Passait cependant une première semaine, puis une seconde, avant d’enchaîner avec trois mois d’attente fébrile, mais rien ne venait, la jeune femme ne répondant même plus aux coups de téléphone successifs du jeune homme, lequel a fini par aller la voir à son bureau, mais pour se voir purement et simplement congédier !
En désespoir de cause, sa camarade de classe et lui sont allés déposer plainte, accusant la jeune femme d’escroquerie. Niant tout d’abord les faits, cette dernière aurait fini par avouer son forfait une fois confrontée aux preuves présentées par ses deux victimes…


Mansour AMARA 




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com