Carnet culturel





Musique


Quoi ? Un album de musique instrumentale. Qui ? Sofiène Safta. Quand ? Lors de la conférence de presse qui sera tenue aujourd’hui à 11h. Où ? Au Centre culturel et sportif d’El Menzah 6.
Enfin, un album pour Sofiène Safta. «Miroir» est le titre de ce CD de musique instrumentale qui sera distribué par Phony. «Miroir» reflète sans déformer, quelques aspects du jardin secret de Sofiène Safta qu’il glane, ici et là, dans ses «Souvenirs d’enfance», de «Sahara», «Carthage», «Miroir», «Nasamet», «Sirène», «Danse de l’oasis », et «Sahara remix». Sofiène Safta, l’artiste compositeur et interprète de ces morceaux, est avant tout un professeur de l’enseignement public qui s’est toujours intéressé à la musique instrumentale. Il a écumé plusieurs festivals pendant l’été dernier en jouant des airs de sa musique, en compagnie de sa troupe. Il fait partie de ces artistes qui refusent les cloisonnements musicaux. Il crée en effet, un album de musique orientale et n'hésite pas, à l'occasion, à faire une petite incursion dans le monde de la chanson occidentale. Son CD écumera toutes les grandes surfaces de la capitale à partir d’aujourd’hui. Une conférence sera donnée la même journée à 11h au Centre culturel et sportif d’El Menzah 6. A cette occasion, Safta, qui croit en la réussite prochaine de son album, nous confie : «En Tunisie, on a la culture de l’écoute de la musique instrumentale. Rappelez-vous bien qu’à l’époque de Ridha Kalai, on était accro des airs du violon qui ensorcelait petits et grands», souligne l’artiste qui s’est donné beaucoup de mal pour réaliser cet album qu’il espère faire connaître au large public. Gardons l’espoir.


Conférence


Quoi ? Une conférence autour d’Hannibal Barca. Quand ? A 18h 30. Qui ? Le professeur Mohamed Tahar. Où ? A la Bibliothèque numérique de l’Ariana.
 Hannibal Barca, le général carthaginois sera conté, aujourd’hui, lors de la rencontre mensuelle qui se tient à chaque fois à l’Ariana. C’est l’écrivain et chercheur Mohamed Tahar qui donnera une conférence au sujet de ce personnage historique. A signaler que le conférencier est maître assistant en histoire à la Faculté des Sciences de Tunis et qu’il a écrit plusieurs publications autour de Carthage et de ses illustres chefs. On en cite «La Carthage punique, histoire d’une civilisation» ou «Quelques remarques sur la première intervention carthaginoise en Sicile» ou encore «L’eau symbole du pouvoir, symbole de la soumission», etc. Cette rencontre comme celles qui auront lieu tout au long de l’année sont animées par Kamel Omrane. Il s’agit, en fait, d’une belle initiative visant à exhumer du fin fond de l’histoire des faits et des événements qui redonneront leur sentiment de fierté aux jeunes générations lésées par les déboires du monde arabe et ses échecs à répétition.


Prix littéraire


Quoi ? Distribution du prix Abou Kacem Chebbi du texte théâtral. Quand ? Aujourd’hui à 19h00. Où ? Bibliothèque nationale.
«Il n’y a plus de textes», déplore-t-on. Ici comme ailleurs dans le monde. Le texte théâtral ne court pas les rues. Il est devenu la perle rare. La Banque de Tunisie, en sa qualité d’entreprise humaine car mécène, est bien consciente de ce problème qui se fait sentir ces dernières années et du grand débat qu’il suscite, objet d’un tapage médiatique. On a créé ainsi un prix auquel on a donné comme appellation «Prix Abou Kacem Chebbi du texte théâtral». Etant l’objet d’un mécénat, ce prix a pu résister à l’usure du temps et a fait des émules auprès des dramaturges en herbe. Depuis des années, ce prix a été placé sous la houlette d’Ezzeddine Madani et c’est aujourd’hui même que ce dernier prononcera les noms des heureux gagnants qui remporteront le prix de la Banque de Tunisie. Ce sera ce soir à partir de 19h00 en la présence du ministre de tutelle, M. Abderraouf Al Basti et de la première responsable de la banque en question.


Mona BEN GAMRA




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com