Ligue des champions finale retour E.S.T. – W.A.C. (1-1) : Sacrée Espérance !





Les “Sang et Or” crispés et fébriles ont souffert avant d’arracher l’égalisation sur penalty à deux minutes de la fin. Il était vraiment temps !  Les joueurs de l’EST posant avant le coup d’envoi avec leur président pour une photo pour la postérité sous les applaudissements de 50000 supporters “sang et or”. La reconnaissance d’un public envers un homme dévoué, sage et généreux.
EST-WAC, c’est la confrontation entre la meilleure attaque de Ligue 1 et la défense la plus hermétique du championnat du Maroc. Le duel attendu allait se manifester d’entrée. 
Les Wydadis, bien placés, s’imposaient dans les duels, se montraient sûrs sur les balles aériennes et prenaient le dessus sur les avants sang et or mobiles, volontaires, mais manquant d’inspiration. Le  premier éclair allait “avoir raison” de la défense marocaine. Darragi fauché en pleine surface allait amener un penalty indiscutable (15’). Michael, qui vise le titre du meilleur buteur de la Ligue des champions arabes s’élance et tire mollement. Le gardien du WAC dévie la balle de la main … sur la transversale et le reprend facilement. 


Le ressort était cassé
Ce coup du sort va conférer davantage de confiance aux Marocains qui restent fidèles à leur conception défensive, mais en manifestant beaucoup de présence à l’entre jeu grâce au rapprochement des lignes. Les échanges de balle son subtils, mais pratiquement sans aucun danger pour la défense espérantiste et son capitaine Kasraoui qui devait passer une première mi-temps très calme. 
Les Sang et Or continuaient à attaquer, à pousser leurs hôtes dans leurs derniers retranchements, mais sans vraiment peser sur le match. Quelque chose semblait “cassée” dans le jeu espérantiste, les joueurs étaient constamment à retard d’un cheveu dans le geste final et la mi-temps, survenue sera encore vierge  était la “bienvenue”. Les camarades de l’excellent Msakni devaient bénéficier de ces quinze minutes de “repos” pour retrouver leurs esprits et leur imagination.  
Le début de la seconde mi-temps ne se passe pas comme on s’y attendait. Les “Wydadis”,  sans doute sermonnés par Badou Zaki dans les vestiaires, allaient annoncer la couleur dès la 48’ lorsque un lobe de Abdessamad passa légèrement à côté. Le signal est donné. 
En dix minutes, les Marocains allaient vraiment faire souffir les “Sang et Or” qui ne savaient pas comment freiner les assauts du Wydad et après avoir frôlé le but (55’ et 58’). 
Les Marocains annoncèrent une offensive sur le flanc gauche qui amena un penalty indiscutable, imparachèvement transformé par Abdessamad (65’). 
On repart de zéro. Il restait vingt cinq minutes aux “Sang et Or” pour marquer ce but libérateur …


Contestations et jeu dur
L’atmosphère s’échauffe, le jeu se durcit, les contestations se multiplient, le jeu, après cinq minutes d’arrêt, reprend avec l’expulsion de Mustapha Bidoudhane pour somme d’avertissements (72’). La finale tant attendue, nous a laissé sur notre faim. En raison de la fébrilité des “Sang et Or” et l’agressivité excessive des Marocains qui perdirent au fil des minutes de leur maîtrise laissent l’initiative aux “Sang et Or” qui acculèrent leur hôte dans sa zone. Pressés à la faute, les Marocains allaient concéder un second penalty, indiscutable. également transformé cette fois par Darragi (88’). Le stade explose ! Le titre se rapproche. Les dix dernières minutes (8’ de temps additionnel)  interminables et très chaudes qui valurent une seconde expulsion au WAC, celles de Adame et Korbi (90+3). 
Une fin de match en queue de poisson et des gestes qu’on n’aimerait plus revoir dans nos stades du Maghreb, entre des clubs huppés.


Formations


EST : Kasraoui, Janvier, Chammam, Derbali, Abdi, Korbi, Souissi, Msakni (Bouazzi 75’), Darragi, Michael Bienvenu. 


WAC : Miaghri, Bnegili, Louissi, Sakkat, Touia, Monkari, Bidhoudhane, Pascal, Adoua, Brazi, Abdessamad


Hassen Mekki




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com