Flashes





Kairouan vue par les cinéastes


Le mois de juin sera bien rythmé à Kairouan. De nombreuses manifestations ponctueront la programmation de l’événement "Kairouan, Capitale de la culture islamique 2009". Le cinéma aura une place de choix. Du 1er au 7 juin, des courts et des longs métrages et  des documentaires seront projetés dans le cadre de "Kairouan dans le cinéma". On croit savoir également que le programme de cette semaine cinématographique comporte la projection de "La boîte magique" de Ridha Béhi, "Le fou de Kairouan" produit en 1937, et d’autres films. La manifestation sera aussi une occasion pour lever le voile sur de nombreuses productions internationales où Kairouan a servi comme plateau de tournage.


Du rattrapage au CinémAfricArt


Les programmateurs du "CinémAfricArt" ont choisi de revenir sur les films qui ont marqué leur programmation, dès le début de l’année jusqu’à nos jours. Le coup d’envoi des séances  de reprises a été donné avec "Thalathoun" de Fadhel Jaziri. Film qui a fait couler beaucoup d’encre vu qu’il traite d’une période déterminante dans l’histoire de la Tunisie, les années 30. Relatant le combat de Tahar Haddad, Mohamed Ali El Hammi, Belgacem Chebbi et Habib Bourguiba, "Thalathoun" est un hommage à toute une époque et toute une génération d’intellectuels.
Suite à "Thalathoun", la direction de cette salle du cinéma a prévu la projection de "Les trois singes" du réalisateur turc Nuri Bilge Ceylan, prix de la mise en scène à Cannes 2008. Le 3e film à l’affiche de ces reprises est "Mascarades" du réalisateur algérien Lyes Salem, primé à maintes reprises, y compris lors de la précédente édition des Journées Cinématographiques de Carthage.


Racontez-moi le cinéma italien


"Le cinéma italien d’aujourd’hui" est l’intitulé de la nouvelle publication de la série "Le Cinéphile" qu’édite l’Association Tunisienne pour la Promotion de la Critique Cinématographique. Edition qui a bénéficié de l’appui de l’Institut Culturel Italien. Présenté par quelques adhérents de l’association, le livret jette la lumière sur quelques fragments de l’histoire du 7e art en Italie et sur les réalisateurs qui ont marqué les cinéphiles tunisiens depuis les années 60. On parle de Fellini, Ferreri, Rossellini, Scola, Pasolini, Visconti, De Sica, Taviani et d’autres talents qui ont fait le printemps du cinéma italien et des cinéphiles dans le monde entier. Une analyse de l’impact de l’héritage néo-réaliste sur le cinéma italien d’aujourd’hui et du parcours et l’approche cinématographique de Nanni Moretti sont au menu de ce livret composé d’une quarantaine de pages.


I.A.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com