Coupe de la CAF : C.S.S. – Primeiro : Sus à la phase des poules





Les lampions de la Coupe de Tunisie ne s’étant pas encore tout à fait éteints qu’une nouvelle mission encore plus ardue s’impose aux Sfaxiens : se qualifier à la phase des poules de la Coupe de la CAF.
Le triomphe subséquent à la cueillaison de la quatrième Coupe de Tunisie de leur histoire, a-t-il été sciemment géré ? Dans quelles prédispositions mentales et physiques les Sfaxiens vont-ils se présenter ? Ce sont là les principales questions qui taraudent les esprits du côté de Sidi Jebli. Car même si les staffs technique et dirigeant ont vite fait de mettre un bémol à l’indicible joie consécutive à ce nouveau sacre national, il n’est pas toujours aisé d’en faire fi en un tournemain. Gageons toutefois, qu’une fois sur le rectangle vert, l’impératif du moment aiguillonnera au plus haut point l’ardeur conquérante des Bianconeri, d’autant plus qu’ils ne sont ni plus, ni moins, que les tenants de cette Coupe de la CAF. Ce fameux (0-2) concédé à l’aller est, sans conteste, un score-piège, pas difficile à remonter et tout aussi malaisé à renverser. C’est cette deuxième assertion, cependant, que les Sfaxiens sont à même et surtout tenus de cristalliser. Car n’oublions pas qu’à l’aller, les fantassins de Ghraïri, victimes du report de la dernière journée du championnat, furent contraints d’effectuer l’exténuant périple jusqu’à l’Angola, juste le lendemain du match face au CSHL, avec toutes les conséquences dommageables sur le plan notamment physique. Le décor général ainsi planté, il n’y a pas lieu d’atermoyer, ni de céder aux jérémiades, mais plutôt de profiter de l’état de grâce actuel, l’optimiser pour en tirer les dividendes.


Tout pour l’offensive
Chapitre effectif, le coach sfaxien pourra compter sur des joueurs gonflés à bloc, hyper motivés et surtout jaloux de garder leur bien. Son principal souci a trait à l’efficacité offensive autrement dit, à l’essentiel. Ce tracas est d’autant plus légitime que le premier buteur de l’équipe, toutes compétitions confondues, est un... défenseur, à savoir Merdassi, avec ses 11 buts. En outre, le onze sfaxien devrait connaître un certain remaniement, par rapport à celui qui vient de lever haut la Coupe de Tunisie. C’est ainsi que Rouid, blessé, cédera sa place à Karim Ben Amor, alors que le Marocain Jawhari n’est pas qualifié. Il y a aussi une forte probabilité que Kouassi commence le match à partir de la guérite, au profit de l’artisan du récent sacre, à savoir Guemamdia, qui a provoqué face à l’USM, le penalty de la délivrance et de la consécration. Sur le front de l’attaque, il y aura deux autres pointes, Da Silva et Younès. Derrière ce trio évoluera le régisseur Nafti, sans compter l’implication des Mrabet et Hammami dans l’orchestration offensive. Autant certifier que, péril pour péril, mieux vaut jouer à fond la carte de l’offensive, les Sfaxiens ne pouvant que gagner au change, au vu de la précarité de la situation qui prévaut.
Formation probable
Khalloufi, Haj Messaoud, Merdassi, K. Ben Amor, Gharbi, Mrabet, Hammami, Nafti, Guemamdia, Younès, Da Silva.

Wahid SMAOUI

Un dernier coup de rein !

Le CSS vit à l’heure des braves : celle qui n’accorde pas de répit à ceux qui la vivent intensément,
avec un évident désir d’être à la hauteur de ses responsabilités.
C’est que les titres et les honneurs conquis signifient, de nos jours, encore plus d’efforts et de sacrifices. Le public veut tout, les supporters ne cèdent rien. Le sport est ainsi devenu une formidable machine qui broie toutes les résistances, et qui ne pardonne aucun moment de faiblesse.
La Coupe de Tunisie, engrangée au titre des réussites de cette saison, qui s’est achevée dans la liesse, fait peser encore plus de pression sur les joueurs, dont le comportement au niveau continental n’a pas été, loin de là, sujet à reproches…à l’exception de cette défaite, inattendue face à Primeiro de Agosto.
Cette défaite, essuyée dans des conditions quelque peu exceptionnelles, a mis les Sfaxiens au devant de leurs responsabilités. Eux qui avaient la réputation de savoir voyager, depuis le temps qu’ils sillonnent avec bonheur les pistes et savanes africaines, ont été cette fois ci piégés.
Il leur faudra se remettre en question à la faveur de ce match retour qui sera abordé avec beaucoup d’allant et de volonté, pour reprendre leur destin en main.
Les Sfaxiens devant leur fidèle public ont, sans aucun doute possible, les moyens de cette ambition, en dépit de la difficulté de la tâche.
Un retard de deux buts est quand même difficile à surmonter, mais la chance des Noirs et Blanc est bien d’avoir à entamer leur reconquête devant leur public et dans leur stade fétiche.
C’est dire que l’ambiance sera, cet après midi, exceptionnelle. Une ambiance qui électrise et regonfle l’espoir, à la faveur d’un dépassement collectif qui sera de nature à survolter positivement les joueurs.
Les camarades de Khalloufi, dont le moral est au zénith, nous semblent capables de tout. Ils auront certes affaire à une des plus fortes équipes du lot, mais leur esprit de corps et leur légendaire combativité pourraient en fin de compte renverser la situation en leur faveur.
Dos au mur, ils se lanceront résolument à l’assaut des bois adverses, avec la ferme conviction qu’ils n’ont, en fin de compte rien, absolument rien à perdre, et que le chrono jouera au profit de leur adversaire. A moins… Ce dernier, adossé à son avance, aura-t-il le désir d’essayer de la conserver, aux dépens d’une stratégie plus offensive ?
Tout dépendra de l’entame de cette rencontre dont la première mi-temps sera extrêmement importante. Les Sfaxiens s’efforceront d’effacer l’ardoise avant de regagner les vestiaires, à l’effet de faire douter leur adversaire et de reprendre la situation en main. Ils ont les moyens de le faire.
L’équipe sfaxienne est en effet une des plus complètes au niveau technique. Leur technique collective, basée sur une façon bien particulière de varier le jeu et de maintenir la pression sur l’adversaire leur sera précieuse. Le CSS a su, tout au long de la saison, et en Coupe d’Afrique, bien sûr, brouiller les dispositifs les mieux élaborés. Il possède des joueurs combatifs, bien affûtés, et dont le vécu en commun, à la faveur des longues campagnes africaines, est devenu une arme efficace.
Les Tunisiens ont toujours su renverser en leur faveur bien des situations compromises, et ont vaillamment défendu leurs chances jusqu’au bout, mettant à mal bien des pronostics.
Aujourd’hui, plus que jamais, ils auront besoin de cette vaillance pour refaire le chemin perdu et se hisser parmi les meilleurs du groupe.


Yassine OMRANE




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com