France : Viols en réunion au collège : 1 ado en prison





"Un ado, le meneur, a été placé sous mandat de dépôt et écroué" nous dit le procureur de Versailles hier, précisant "il vient d'ailleurs de faire appel de son placement en détention."
"Les deux autres ont été remis en liberté sous un strict contrôle judiciaire" nous dit aussi celui qui, jeudi, a ouvert une information judiciaire pour 'viols en réunion'.
 Tout a commencé en mars dernier, quand une adolescente de 15 ans, placée dans une famille d’accueil de la région de Mantes-la-Jolie, dans les Yvelines, a fait une fugue.
De retour à la maison, elle livre à son entourage son terrible secret.
"C'est cette famille qui a donné l'alerte" nous dit le procureur de Versailles.
L’adolescente, scolarisée au collège Louis Pasteur de Mantes-la-Jolie, raconte alors que, depuis le mois de décembre, trois garçons du collège l’ont violée chaque semaine.
«Les scènes se sont déroulées tantôt en groupe, tantôt en tête-à-tête dans un endroit isolé de l’établissement, situé sous un escalier près des toilettes» révèle une source proche de l’affaire au Parisien.
"Si la grande partie des faits se serait déroulée dans le collège, il y en aurait eu d'autres, également, à l'extérieur" nous dit le procureur.
Mercredi, trois adolescents âgés de 15 ans ont été placés en garde à vue à la brigade des mineurs de Limay.
Durant leur garde à vue, les ados sont passés aux aveux, tout en minimisant leur participation.
Ils auraient avoué s’en être pris à la victime parce qu’elle avait la réputation d’être une fille facile.
Les trois violeurs présumés ont été mis en examen, jeudi, à Versailles pour "viols en réunion."
"Les deux ados qui ne sont pas écroués font l'objet d'un contrôle judiciaire strict qui leur interdit, notamment, d'approcher la jeune fille" nous dit le procureur.
"La jeune fille est en grande souffrance sociale et familiale. Elle rencontre des difficultés scolaires et relationnelles et a l'habitude de fuguer" nous confie, quant à lui, l'inspecteur d'académie de Versailles, ajoutant "n'avoir jamais entendu parler des trois garçons."
"Le collège n'a pas de problème d'effectif ou de surveillance" nous dit seulement le pincipal du collège, qui préfère "ne pas en parler."


D’après Le Post




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com