Le mot : On a oublié les petits





Alors qu’on célèbre le centenaire de notre théâtre, on semble négliger le théâtre
pour enfants. L’avenir, en somme.
Dans les festivités marquant le centenaire du théâtre tunisien, et dont certaines manifestations ont été un vrai succès, il y a un absent. Un grand absent : les petits.
Le théâtre pour enfant a été jusqu’ici oublié. On n’a pas vu programmée une activité d’envergure et de qualité qui démontre l’intérêt qui est, ou qui doit être accordé à ce genre de théâtre.
Je dis bien “genre” car le théâtre pour enfant est un art à part entière qui a ses règles, ses méthodes et ses finalités. N’est pas donc pas producteur de théâtre pour enfants qui veut.
Car le théâtre pour enfants nécessite une double compétence. Celle artistique - cela va sans dire - et celle pédagogique. Grâce à celle-ci ce théâtre fait naître chez les jeunes spectateurs l’amour de l’art et, partant, le besoin  de fréquenter plus tard, les espaces culturels en usant de leur esprit critique pour apporter une appréciable contribution au relèvement du niveau de la culture.
Coincé entre l’exercice scolaire répétitif et sans grande imagination et un amateurisme sans grands moyens ni ambition, le théâtre pour enfants végète. Hors de la capitale, il est même quasi-inexistant. De quel secteur relève-t-il au fait? De l’Education ou de l’Administration culturelle? Et d’abord, existe-t-il une formation spécialisé qui produit ce genre de théâtre. Et qui l’écrit, qui le diffuse?
Voilà les questions auxquelles il est nécessaire de répondre pour avancer clairement et sûrement sur le chemin de la création d’un théâtre qui donnera à nos jeunes générations les moyens de se distraire en cultivant leur esprit critique.
Le théâtre pour enfant est une chose trop sérieuse pour être laissée à de simples amateurs. Ce devrait être le grand projet futur de notre théâtre centenaire.


A.Y.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com