Festival international de Hammamet : Coup de… théâtre





Identité historique de la manifestation oblige, le Festival international de Hammamet sera le théâtre de rencontres heureuses de troupes nationales et internationales du théâtre. Ce sera pendant une semaine, du 7 au 16 juillet.
Hammamet, ville vive. Elle possède une forte personnalité, excessive et secrète, vibrante, insaisissable, toute de vie. Ville d’autrefois riche d’histoire aussi. Elle est aujourd’hui le centre d’un intense foyer culturel estival. Les plus grandes compagnies arabes et européennes du théâtre y ont été accueillies. Les plus beaux textes classiques et contemporains y ont été joués depuis 1964 à nos jours. Cette année la 45e édition du Festival international de Hammamet se tiendra du 7 juillet au 18 août. Elle laisse entendre qu’elle renoue, encore une fois, avec sa vocation première qui donne toute sa splendeur à l’art dramatique. On va courir les théâtres cette année et c’est tant mieux. Comme au bon vieux temps, l’ouverture officielle sera consacrée à une pièce de théâtre. On fait appel ainsi au duo artistique Ezzeddine Madani et Raja Farhat  qui ont planché sur le vécu de Ali Douagi (1909-1949) pour nous donner à voir «Douagiette» ou encore «Sourour», titre du spectacle. La belle époque de la Tunisie des années 30 sera illustrée à travers ce personnage pas comme les autres, Ali Douagi. Un homme d’esprit qui émergeait et ses compagnons de route du café «Taht Essour» pour dessiner une trajectoire formidable dans la vie intellectuelle de la Tunisie d’antan. Ali Douagi, bien particulièrement, était connu pour son trait plaisant et sa saillie d’esprit qui servaient ses boutades humoristiques et même satiriques. L’intellectuel accompli qu’il était a déversé une encre essentielle dans l’histoire de la littérature tunisienne. Il était nouvelliste, journaliste, homme de théâtre et caricaturiste, bref l’un des intellectuels essentiels de son époque. Voilà pourquoi on a opté pour son parcours artistique pour monter au théâtre «Douagiette», une co-production du festival de Hammamet qui sera donnée en première le 7 juillet.
Le 8 juillet, le rendez-vous se fera avec l’un des monstres sacrés du théâtre contemporain, Eugenio Barba, l’un des invités de marque de la 45e édition du Festival international de Hammamet. L’artiste, qu’on considère aujourd’hui de la trempe de Peter Brook ou  Ariane Mnouchkine, présentera son œuvre créée au Danemark, «Ode au progrès», au théâtre de plein air de la ville du jasmin. La place sera cédée par la suite aux troupes théâtrales tunisiennes co-produites par Hammamet. C’est bien la particularité du festival de cette année qui choisit de co-produire des hommes de théâtre expérimentés. Normal, on est en plein dans la célébration du centenaire du théâtre.
Les œuvres en question sont «Hobb fi Tounes» de Lotfi Achour, «Douleurs» de Lotfi Dziri et «Les racines de l’eau» de Noureddine El Ouerghi.
 Trois pièces de théâtre non moins importantes seront présentées par la suite en première. On cite ainsi la création  produite par le Centre des arts dramatiques et scéniques de Gafsa «Abdeljabar hal el ktab» mise en scène de Abdelkader Mokdad sur un texte de Ahmed Ameur (10  juillet). Abdelaziz Maherzi signera, lui, le texte et la mise en scène de «Jiboulou bouh» (11 juillet).
Enfin, «45° à l’ombre» est une production du Centre des arts dramatiques et scéniques du Kef qui sera représentée à 6 reprises entre le 8 et le 15 juillet.
Le théâtre arabe ne sera pas en reste puisqu’un spectacle syrien, ayant rencontré un grand succès à l’étranger, sera représenté à deux reprises (à 21h et 23h) le 14 juillet. «Taktaket», le spectacle en question, est mis en scène par Abdelmonem Amayri et interprété par huit têtes d’affiches de la télévision syrienne.
«Le fou rire de l’été» clôtura ce programme théâtral dans la bonne humeur. Trois spectacles et trois comédiens à l’humour caustique et désopilant seront au programme du festival de Hammamet les 15, 16 et 17 juillet, à savoir, Yves le coq, Phil Darwin et Anne Roumanoff. Ces spectacles sont l’exclusivité du Festival de Hammamet cette année.
En somme, ce sont douze soirées dédiées au théâtre, sous le ciel étoilé de Hammamet qui annoncent déjà un début de festival marquant. Cela se poursuivra par la World music et la semaine du ciné.


Mona BEN GAMRA




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com