Fête de la Musique : A chacun sa petite rengaine





Lancée en France, il y a un peu plus d’un quart de siècle, la Fête de la Musique est en train de s’épanouir un peu partout par le monde. Mais chez nous, la greffe a, bon an, mal an, du mal à bien prendre…
Quand la France des années Mitterrand a lancé le 21 juin 1982 son festival musical, c’était en guise  d’encouragement des jeunes et moins jeunes à s’exprimer en toute liberté par la musique. C’était aussi dans l’intention de familiariser les publics à toutes les expressions musicales tout en véhiculant les valeurs interculturelles. Le slogan de cette manifestation annuelle, on l’a donc compris, affiche la diversité à plaisir et des spectacles spontanés et gratuits, qui plus est se déroulant sans l’ombre d’une contrainte, dans des lieux publics et en plein air. Au gré des années, la Fête de la Musique est devenue une tradition sacrée chez les Français. Et pas seulement! Car la Fête de la Musique orchestrée le jour du solstice d’été s’«exporte» bien. Outre sa dimension européenne, la manifestation a voyagé à travers le monde et les ondes, biffant frontières et langues et la greffe a bien pris dans les quatre coins de la planète. En 1998, et ceci concerne les philatélistes et autres passionnés, on a même consacré un timbre postal qui estampille cet événement, porteur de nouvelles tendances musicales et d’un autre esprit social. Pour cette 28e édition, le Festival d’origine franco- française est lourd aujourd’hui de ses ingrédients : 18.000 concerts, 10 millions de spectateurs, 800.000 musiciens et 5 millions de personnes entraînés par le simple plaisir de jouer et de chanter. Pour les artistes qui manquent de visibilité, c’est donc l’occasion de démontrer leur savoir-faire, de sortir de l’ombre, d’être découverts et… que la relève soit enfin assurée. C’est aussi l’occasion pour les citoyens de se frotter aux artistes du monde et de s’irriguer l’esprit par la démocratie artistique qu’on retrouve dans des musiques imprimées de toutes les richesses et de toutes les influences. 


Ni tambour ni trompette
Le phénomène qui s’est internationalisé avec bonheur a trouvé, il n’y a même pas une dizaine d’années, sa petite place en Tunisie. Et c’était grâce à l’initiative de nos amis de l’Institut Français de Coopération (IFC) de l’époque qui faisaient alors la promotion de leurs produits culturels, avec ou sans occasion, et qui menaient leur festival tambour battant. Avec leurs partenaires tunisiens, ils ont tenté de mettre un peu de musique dans nos grandes villes. Et ça a marché. Des programmes et des affiches ont été pendant plusieurs sessions placardés, un peu partout à Tunis, à la Marsa, à Sidi Bou, à Sousse, à Sfax et j’en passe… Les mairies, elles aussi, ont mis ce qu’il fallait mettre pour réussir et être à la hauteur de l’événement et se mettre au parfum du jour et des spectacles à grand public. Au fil des ans, les choses n’ont pas marché comme prévu. De part et d’autre, on raconte que le public n’a pas été vraiment au rendez-vous. Les sponsors, tout naturellement, n’ont donc, pas suivi le courant. Et la restriction du budget de la coopération française n’a pas d’un autre côté favorisé la réussite à long terme de cette manifestation. En un mot, la mayonnaise n’a pas pris et on s’est contenté d’organiser quelques spectacles épars. Pour cette année, la présence française est timide. Une soirée à la Karraka de la Goulette, un espace «fermé» et le tour est joué. Ailleurs, à l’espace culturel Ibn Rachiq de l’avenue de Paris, les Hongrois attendaient jusqu’à jeudi dernier, l’autorisation officielle pour s’y produire. Un autre groupe africain vient d’annuler dans le même espace sa présence. A l’Etoile du Nord, où se faisaient dans un autre temps des 24 Heures de musique non stop, il n’y a rien. Rien de rien aussi du côté d’El Teatro. Et les mairies «démissionnaires» ont ainsi dit leur dernier mot. Quant aux jeunes musiciens et autres amoureux de chant et de musique, ils ont les jetons du jeu et ne préfèrent ni s’afficher, ni chanter...


Z.A.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com